Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

Déviation de Jargeau : la justice confirme la déclaration d'utilité publique

lundi 30 juillet 2018 à 18:09 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans

Le département du Loiret prend l'avantage dans le dossier de la déviation de Jargeau. Sur les cinq recours déposés par l'association Mardiéval contre la déclaration d'utilité publique du projet, ce lundi le tribunal administratif d'Orléans en a rejeté quatre.

Premiers travaux préparatoires et premiers arbres abattus pour ce projet à St Denis-de-l'Hôtel.
Premiers travaux préparatoires et premiers arbres abattus pour ce projet à St Denis-de-l'Hôtel. © Radio France - Lydie Lahaix

Jargeau, France

C'est un projet vieux de plus de 25 ans. Plus de deux décennies qu'il est question de construire une déviation d'une quinzaine de kilomètres et un pont sur la Loire pour désengorger le centre-ville de Jargeau qui est traversé chaque jour par 1 600 camions. Un projet très coûteux (80 millions d'euros), et catastrophique pour l'environnement selon les associations écologiques. En début d'année, le collectif Mardiéval avait déposé cinq recours portant sur la déclaration d'utilité publique du projet, l'autorisation de réaliser des sondages géologiques, de détruire des espèces protégées et de déboiser la zone. Après examen, quatre d'entre eux ont été rejetés. La décision a été rendue publique ce lundi

Une décision dans le sens du rapporteur public

L'audience s'était tenue le 5 juillet 2018 au tribunal administratif d'Orléans et déjà les vents étaient favorables au département. Le rapporteur public avait défendu la déviation et le pont, précisant que le projet présentait "des inconvénients certains mais non excessifs". La justice a finalement suivi l'analyse du rapporteur et donne globalement raison au département. Pour l'association Mardiéval, pas question de s'arrêter là. Sylvie David-Rousseau est la vice-présidente : "Nous envisageons de faire un ou deux appels contre la décision de valider l'arrêté préfectoral de déclaration publique. Il faut que l'on voit avec notre avocat les arguments que nous allons mettre en avant."

"On ne peut que se réjouir du rejet des quatre recours"

La décision de la justice réjouit en revanche Marc Gaudet, le président du département : "Je pense qu'on ne peut que se réjouir du rejet des quatre recours déposés par Mardiéval. Ça démontre que le projet est pertinent et qu'il y a vraiment un besoin d'améliorer le transit entre le nord et le sud de la Loire."

Le projet de pont sur la Loire, entre Darvoy et Mardié - Aucun(e)
Le projet de pont sur la Loire, entre Darvoy et Mardié - Conseil départemental du Loiret

Sur l'un de ses recours, L'association Mardiéval obtient tout de même une satisfaction partielle. La justice annule un arrêté préfectoral permettant de détruire certaines espèces protégées pour les besoins des travaux. Arrêté annulé pour des raisons de forme et non de fond. Marc Gaudet demande donc au préfet de prendre un nouvel arrêté : "Nous sollicitons de nouveau le préfet. Sur cet arrêté je pense qu'il faudra revoir la copie et être plus large sur le nombre d'espèces concernés par une mesure de protection. Ça prendra le temps qu'il faudra."

L'association Mardiéval a été condamnée à verser 1 500€ à l'Etat, le département devra lui verser 1 000€ à Mardiéval. Selon nos informations, les travaux resteront pour le moment à l'arrêt, mais pourraient reprendre à la fin de l'automne ou au début de l'hiver.

Réécoutez le reportage de France Bleu Orléans