Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

DFCO-OM : un supporter condamné pour être descendu sur la pelouse

mardi 9 octobre 2018 à 0:21 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

Un jeune de 21 ans a été condamné à 500€ d'amende avec sursis pour être descendu sur la pelouse de Gaston Gérard le 31 mars 2018 à l'issue du match DFCO-OM.

La cité judiciaire à Dijon
La cité judiciaire à Dijon © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Petites lunettes et chemise bleu ciel impeccablement repassée, ce jeune étudiant en histoire n'a pas grand chose à voir avec l'image que l'on se fait d'un hooligan. Il a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Dijon pour être descendu sur la pelouse du stade Gaston Gérard à l'issue du match DFCO-OM le 31 mars 2018. 

Ce Dijonnais, supporter de l'OM raconte qu'il a profité d'une brèche dans le dispositif de sécurité pour descendre sur la pelouse et croiser ses idoles. Bouna Sarr, l'arrière droit marseillais, lui donne une accolade et lui offre son maillot. Les stadiers qui étaient occupés avec une dizaine de supporters marseillais descendus eux aussi sur la pelouse finissent par le repérer et par le conduire au PC sécurité. 

"Sur le moment, je n'ai pas réfléchi", reconnaît le jeune supporter, qui avoue être un peu surpris de se retrouver au tribunal, entre un braqueur et un homme accusé de harcèlement sexuel. Le procureur lui rappelle que son geste peut conduire à une peine d'un an de prison et de 15 000 euros d'amende. 

C'est le DFCO qui a porté plainte, mais le club ne s'est pas porté partie civile, et n'est donc pas représenté à l'audience. L'avocat du prévenu rétorque que la législation en la matière est faite "pour des supporters violents", ce qui n'est visiblement pas le cas de son client. 

Après plusieurs mois de procédure, il s'en sort avec une amende de 500 euros avec sursis : "c'est sûr, j'ai retenu la leçon."