Faits divers – Justice

Collision TER/Voiture près de Niort : vers une responsabilité de l'automobiliste

Par Giraud William et Delphine Garnault, France Bleu Poitou mardi 4 octobre 2016 à 18:59

C'est sur un passage à niveau identique à celui ci que l'accident s'est produit.
C'est sur un passage à niveau identique à celui ci que l'accident s'est produit. © Maxppp - maxppp

Après la mort d'un conducteur lundi soir à un passage à niveau à Aiffres sur la ligne Niort-Saintes, la responsabilité de l'automobiliste serait en cause. Sa voiture venait de s'engager sur les voies quand elle a été percutée de plein fouet par un TER. L'automobiliste est décédé.

L'accident qui a couté la vie à un automobiliste et son chien s'est produit lundi vers 18h30 à un passage à niveau à Aiffres à la limite avec Niort. Ce passage à niveau est sans barrière de protection et sans panneau lumineux pour prévenir de l'arrivée d'un train. C'est un passage simple, avec juste une croix de Saint-André et un panneau stop.

Le conducteur : un habitué des lieux

Selon les premiers éléments recueillis par la gendarmerie, lundi soir, le conducteur de 61 ans qui habitait les environs, et prenait cette route plusieurs fois par semaine, s'était engagé : sa voiture avait clairement passé la ligne blanche quand elle a été accrochée par le train. Sur ce passage, la visibilité est bonne, avec une ligne droite, et il faisait encore jour au moment de l'accident. Reste à savoir si l'automobiliste a pu être gêné par le soleil couchant ou a eu un moment d'inattention.

L'hypothèse du "déshuntage" écartée

Cet accident survient quelques jours après la diffusion d'un reportage de France 2 dans l'émission envoyé spécial sur le "déshuntage", comprenez la rupture de courant électrique entre le train et les voies. Ce dysfonctionnement peut avoir des conséquences sur la signalisation ferroviaire mais dans le cas du drame d'Aiffres, cette hypothèse est écartée, la rame qui circulait n'est pas concernée par le risque de "déshuntage," et de tout façon, il n'y avait pas de signalisation.

85 passages à niveau avec une simple croix de St-André

En fait, sur les 338 passages à niveau recensés dans le Poitou, 85 sont simplement dotés d'une croix de Saint-André. Depuis plusieurs années, la SNCF tente de réduire leur nombre en les automatisant au coup par coup. Mais installer des barrières automatiques, ça coûte cher, entre 200 et 500 mille euros par passage à niveau. La SNCF a donc établi des priorités. Et clairement, le passage à niveau d'Aiffres n'est pas dans le haut de la pile. Moins de 50 voitures qui passent chaque jour sur cette route, 9 trains quotidiens sur la ligne Niort-Saintes, des trains qui ne roulent pas très vite. On est sur un passage considéré comme secondaire.

Des tunnels ou ponts pour faire passer les voitures

Parfois aussi, quand un passage à niveau est considéré comme dangereux, la SNCF peut choisir de le supprimer, en construisant un tunnel ou un pont pour les voitures. En 2007, à Louzy près de Thouars, un ado de 14 ans en scooter est mort après une collision avec un TER. Aujourd'hui, ce passage va être supprimé. Coût du chantier : 5 millions d'euros.

Partager sur :