Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Didier Gérard, le patron du tournoi de tennis d'Orléans placé en garde à vue

jeudi 5 juillet 2018 à 5:46 Par Christophe Dupuy, France Bleu Orléans

Didier Gérard, le créateur et directeur de l'Open de tennis d'Orléans a été placé cette semaine en garde à vue puis relâché. La justice le soupçonne de travail dissimulé dans l'emploi de bénévoles pour l'organisation du tournoi qui a lieu chaque année en septembre.

Didier Gérard, le patron de l'Open de tennis d'Orléans lors de la présentation de la 14ème édition.
Didier Gérard, le patron de l'Open de tennis d'Orléans lors de la présentation de la 14ème édition. © Radio France - Eric Normand

Orléans, France

C’est dans les locaux de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) à Orléans que Didier Gérard a été interrogé. Le patron de l’Open de tennis a été placé lundi soir en garde à vue et remis en liberté mardi dans la soirée. Confirmée par Nicolas Bessone le procureur de la république d’Orléans, cette garde à vue fait suite au contrôle mené le 26 septembre l’année dernière en plein tournoi par des agents de l’URSAAF. L’enquête pilotée par le CODAF, le comité opérationnel départemental anti-fraude qui réunit notamment les services de police, de gendarmerie, les services fiscaux, douaniers, les organismes de protection social comme pôle emploi ou l’URSSAF a débouché sur cette garde à vue.

Soupçons de travail dissimulé 

La Justice cherche à savoir si Didier Gérard s’est rendu coupable de travail dissimulé à travers le nombre de bénévoles employés. Avec les ramasseurs de balle, ils sont environ 180 durant le tournoi qui dure une semaine. L’enquête porte sur une cinquantaine d’entre eux, hôtesses d’accueil, serveurs, barmans, chauffeurs qui ne seraient pas rémunérés malgré un réel travail.

Rien d'illégal" - Didier Gérard

C’est en 2005 que Didier Gérard créé l’Open de tennis d’Orléans. En 13 ans, il a réussi à hisser le tournoi comme l’un des meilleurs de sa catégorie sur le circuit mondial. Un tournoi Challenger doté de 150 000 dollars de prime. Quelques-uns des meilleurs joueurs mondiaux, un court central doté d’une technologie haut de gamme implanté au sein du Palais des sports, prestations de qualité en terme de restauration et d’accueil. Pour faire fonctionner tout cela, Didier Gérard a recours depuis le début à un certain nombre de bénévoles. Lors de sa garde à vue, Didier Gérard a indiqué que cela n’avait rien d’illégal, qu’il n’avait rien à se reprocher. Une version qu’il indiquait déjà en septembre l’année dernière, interrogé par France Bleu Orléans suite à ce contrôle mené en plein tournoi par des agents de l’URSAAF.

Didier Gérard est sorti libre de sa garde à vue. Il ne fait l’objet pour l’instant d’aucune poursuite judiciaire, il reste présumé innocent mais le parquet d’Orléans a confirmé qu’il maintenait ses investigations.