Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Didier Guillaume assure que l'état de catastrophe naturelle sera décrété après les intempéries

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, en visite dans la Drôme ce dimanche matin, assure aux agriculteurs que l'état de catastrophe naturelle sera déclaré après les violents orages qui ont touché le centre du pays et notamment la Drôme.

Didier Guillaume au milieu des agriculteurs.
Didier Guillaume au milieu des agriculteurs. - Préfecture de la Drôme

Drôme, France

Dès ce samedi soir, la maire de Romans-sur-Isère, l'un des secteurs les plus violemment touchés par les orages de grêle, annonçait vouloir demander l'état de catastrophe naturelle. Les dégâts sont en effet très importants, sur les bâtiments comme sur les voitures, mais aussi dans les champs des agriculteurs où certaines récoltes ont été entièrement détruites, selon la préfecture de la Drôme. 

Ce matin, en visite dans la Drôme chez un arboriculteur de la Roche-de-Glun, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume lui répond, ainsi qu'aux 200 agriculteurs inquiets venus l'écouter : "Evidemment, l'Etat déclarera l'état de catastrophe naturelle, a-t-il assuré, sans préciser quels seront les secteurs concernés. Mais il faudra attendre un jour ou deux. Il faut déclarer les sinistres auprès des assurances, c'est indispensable. Nous prendrons toutes les mesures qui s'imposent". Problème : les petits agriculteurs n'ont souvent pas les moyens de payer une assurance contre le risque de grêle. Sur ce point le ministre n'apport pas de réponse concrète mais assure qu'il souhaite réformer ce système "injuste" selon lui, en baissant le prix des cotisations. 

Autre problématique : celle des saisonniers, puisqu'il n'y a plus de récolte. Didier Guillaume propose du chômage partiel. Mais le ministre de l'agriculture insiste : "Les subventions ne peuvent pas être une solution, d'autant qu'avec le réchauffement climatique, ce genre de situation risque de se multiplier. Il faut revoir complètement le système agricole."

Didier Guillaume s'est ensuite rendu à Romans-sur-Isère pour constater les dégâts dans la ville. L'ancien président du Conseil général de la Drôme finira sa tournée à Bourg-de-Péage, ville dont il a été le maire, également durement touchée, pour constater les dégâts dans une école.