Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dieuze : un homme armé d'un couteau pénètre dans la gendarmerie, un militaire lui tire dessus

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu, France Bleu Sud Lorraine

Ce lundi après-midi, vers 15h30, un homme armé d'un couteau a pénétré dans la gendarmerie de Dieuze. Un gendarme, touché à la main, a ouvert le feu. On ne connaît pas la gravité des blessures de l'assaillant, mais il est à l'hôpital. Le procureur n'exclut pas la piste terroriste.

Les faits se sont produits vers 15h30
Les faits se sont produits vers 15h30 © Radio France - Adèle Bossard

Les faits se sont produits vers 15h30, ce lundi après-midi, à Dieuze. Un homme se présente dans les locaux de la gendarmerie, un couteau à la main. La militaire à l'accueil met immédiatement à l'abri la femme de ménage, et prévient ses collègues. L'homme est visiblement déterminé, il avance dans un couloir étroit, et il est intercepté par un autre gendarme qui utilise d'abord un bâton de défense, puis une bombe lacrymogène avant de tirer à deux reprises. L'agresseur est touché à l'abdomen et neutralisé, il est transporté à l'hôpital. Le militaire est lui blessé à la main.

Un appel téléphonique menaçant reçu au 17, quelques minutes avant le passage à l'acte

On ne connait pas les motivations de l'homme, et notamment s'il s'agit ou non d'une attaque terroriste. Selon nos informations, il n'est pas connu de la justice, il n'est pas fiché S et le parquet antiterroriste de Paris n'est, pour l'instant, pas saisi. Il s'agit d'un jeune homme de 19 ans, engagé dans l'armée depuis le mois de décembre dernier. Le procureur de Metz et le patron des gendarmes en Moselle étaient sur place, ce lundi après-midi, notamment pour soutenir les militaires présents dans la caserne de Dieuze. Des militaires évidemment très choqués. Le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri, précise toutefois que : "un appel a été reçu par le centre opérationnel de la gendarmerie peu avant les faits. Appel dans lequel un individu a déclaré qu'il était militaire et qu'il allait y avoir un carnage à Dieuze et qu'il se revendiquait de l'État islamique." 

Le procureur de la République de Metz précise que l'auteur des faits est un jeune militaire de 19 ans.
Le procureur de la République de Metz précise que l'auteur des faits est un jeune militaire de 19 ans. © Radio France - Olivia Chandioux

Une enquête ouverte pour tentative d'homicide sur agent de la force publique

"Pour le moment, nous n'avons pas de confirmation entre l'auteur et cette revendication, mais un lien peut-être fait. Nous allons travailler à l'évaluation de la personnalité de l'auteur. Ces investigations ultérieures, sur sa famille, ses relations, ses lectures, qui nous permettront de voir si effectivement, nous sommes en présence d'un auteur radicalisé, d'un acte terroriste, ou bien s'il s'agit d'un acte de droit commun, avec un passage à l'acte lié à sa personnalité", précise le procureur.  Le secteur autour de la gendarmerie a été bouclé dans l'après-midi. Dans la soirée, les ministres de l'Intérieur et des Armées ont réagi sur Twitter.

Les gendarmes ont fait preuve d'un grand sang-froid"

Pour le Colonel Philipottin, le commandant du groupement de gendarmerie de la Moselle, les deux gendarmes présents sur place, ont eu une réaction exemplaire : "Ils ont eu des réactions très professionnelles, qui ont permis d'éviter le pire,  et qui ont permis de réagir très rapidement. Quand l'individu a été aperçu, le lien a immédiatement été fait avec l'appel téléphonique, ce qui explique la rapidité de la réaction des militaires. Ils ont fait preuve d'un grand sang-froid." Une enquête pour tentative d'homicide sur agent de la force publique et une autre pour usage de l'arme du gendarme ont été ouvertes et confiées à la Section de recherche de la gendarmerie de Metz et à la Police judiciaire de Strasbourg.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess