Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : un collectif féministe colle des affiches virtuellement dans les rues de Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

Depuis le début du confinement, le collectif Collages Féministes Dijon ne peut plus placarder les rues de Dijon de banderoles prônant des messages contre la violence conjugale. Pour continuer à faire passer leur message, les membres du collectif réalisent des photo-montages de banderoles virtuelles.

Des banderoles sont placardées virtuellement sur des monuments importants de Dijon, comme au stade du DFCO
Des banderoles sont placardées virtuellement sur des monuments importants de Dijon, comme au stade du DFCO - Collages Féministes Dijon

Impossible, confinement oblige, de descendre dans les rues de Dijon pour coller de grandes affiches et des messages de lutte contre les violences faites aux femmes. Pour y remédier, le collectif Collages Féministes Dijon a trouvé une solution : les membres réalisent des photos-montages, avec des banderoles placardées virtuellement sur des monuments importants de la ville.

Une affiche collée virtuellement sur la cathédrale, à Dijon
Une affiche collée virtuellement sur la cathédrale, à Dijon - Collages Féministes Dijon

"On a vu fleurir des collages à Paris, des très gros collages" - Chloé, membre du collectif de Dijon

Chloé est membre de ce collectif. Selon elle, il a fallu trouver une solution rapidement, dès que le confinement a été annoncé : "On savait qu'on ne pourrait plus agir. On a vu fleurir des collages à paris, des très gros collages. On s'est dit qu'on pourrait faire pareil à l'aide de photoshop".

Mais pour faciliter le montage et ouvrir ce projet au plus grand nombre de personnes, le collectif utilise un site internet gratuit permettant de réaliser des montages très rapidement et simplement. "Ce site permet de réaliser des collages en deux ou trois minutes", assure la jeune militante. 

Une affiche collée virtuellement dans la cour du musée des Beaux-Arts de Dijon
Une affiche collée virtuellement dans la cour du musée des Beaux-Arts de Dijon - Collages Féministes Dijon

Des banderoles virtuelles sur le stade du DFCO et de la cathédrale

Pour l'instant, les affiches sont réalisées par les membres du collectifs : "On l'a déjà fait au stade du DFCO, au commissariat, la cathédrale, et la gare", explique Chloé. Mais elle aimerait que des internautes participent au projet : "L'idée c'est que des personnes intéressées et qui veulent s'investir nous les envoient. On veut continuer à faire vivre ce message contre les violences faites aux femmes et la violence en général."

Les violences conjugales pendant le confinement

Pour le collectif, arrêter de placarder des affiches contre les violences faites aux femmes a été difficile a accepter. "Dès le début, on savait que le confinement aurait un impact sur les violences conjugales. Ne plus pouvoir agir et regarder les nombre de violences grandir, ce n'était pas possible."

Fin mars, la secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa parlait d'une augmentation de plus de 30 % des signalements de violences conjugales en province et à Paris a été constatée en une semaine seulement. Les photos réalisées par les internautes, grâce au site internet, peuvent ensuite être envoyées au collectif via leur page Facebook, ou par mail (cfdijon@protonmail.com). "On regarde les photos puis on diffuse sur nos réseaux sociaux. Le but c'est de faire perdurer le mouvement", conclue Chloé. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu