Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dijon : les Jardins de l'Engrenage évacués

Des policiers et des bulldozers sont présents avenue de Langres, à Dijon, ce mardi matin, pour procéder à l'évacuation des Jardins de l'Engrenage. Le terrain est occupé depuis plusieurs mois par des militants opposés à la construction de logements prévus sur ce terrain en friche.

Les militants de l'Engrenage font toujours face aux forces de l'ordre à Dijon.
Les militants de l'Engrenage font toujours face aux forces de l'ordre à Dijon. © Radio France - Claire Guédon

L'évacuation des Jardins de l'Engrenage à Dijon (Côte-d'Or) a débuté ce mardi 20 avril 2021. Le terrain est occupé depuis plusieurs mois par des militants qui ne veulent pas des constructions d'immeubles, près de 300 logements sont prévus ici.

Les bulldozers présents avenue de langres à Dijon ce mardi 20 avril 2021, sur la parcelle occupée par les militants des Jardins de l'Engrenage
Les bulldozers présents avenue de langres à Dijon ce mardi 20 avril 2021, sur la parcelle occupée par les militants des Jardins de l'Engrenage © Radio France - Claire Guédon

Sur place, une dizaine de personnes du collectif et au moins 60 policiers et gendarmes, qui suivent l'opération qui a débuté tôt ce matin. Selon des militants, trois membres du collectif des Jardins de l'Engrenage ont été interpellés. Quelques autres sont restés sur le terrain, sur le toit d'une maison, qui pour l'instant ne peut pas être détruite. Elle fait l'objet d'un jugement en appel, qui sera rendu en juin. Les militants et soutiens qui se sont réunis face aux Jardins s'affrontent avec les forces de l'ordre, il y a eu plusieurs tirs de lacrymogène depuis ce matin. Depuis ce midi, les ouvriers séparent la maison du reste du terrain par un mur en béton. L'eau et l'électricité ont été coupées.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Mathilde, une des membres du collectif, habite sur l'avenue de Langres, depuis juin dernier, elle participe aux jardins et potagers partagés qui ont vu le jour sur ces terrains. "Visiblement la volonté de la ville de Dijon, c'est de rendre ce terrain impropre à la culture. Mais aujourd'hui, on a besoin des arbres, on a besoin d'un îlot de fraîcheur", conteste-t-elle. 

Evacuation des jardins de l'Engrenage avenue de Langres,  ce mardi 20 avril 2021.
Evacuation des jardins de l'Engrenage avenue de Langres, ce mardi 20 avril 2021. © Radio France - Claire Guédon

L'avocate du collectif, Me Dominique Clémeng, ne comprend pas cette évacuation express, elle dénonce un acharnement : "Je ne comprends pas pourquoi la ville n'a pas attendu", s'étonne-t-elle. Certes, le terrain est sujet à une expulsion, mais pour ce qui est de la maison, elle fait partie d'un autre jugement. En première instance, le juge avait donné raison aux militants. La Cour d'appel devra statuer en juin. Pour l'avocate, il aurait été plus logique d'attendre : "La situation actuelle est dangereuse pour les occupants et les ouvriers aussi."

Un mur de béton sépare le terrain de la maison, qui est intouchable pour le moment
Un mur de béton sépare le terrain de la maison, qui est intouchable pour le moment - Le collectif Jardins l'Engrenage

Pour l'avocate, cette maison représente un dernier espoir, elle avoue même : "Je ne suis pas sûr que le coup de force qui vient d'être tenté fasse plaisir à la cour qui va se retrouver devant le fait accompli. Ce n'est jamais très agréable pour les juges."

De son côté, le maire de Dijon se félicite de cette opération dans un communiqué : "Le projet initié par la ville de Dijon et confié à l’entreprise Ghitti, pourra ainsi entrer en phase de réalisation dans la foulée. L’acte de construction, lorsqu’il est équilibré, nécessaire et respectueux de l’environnement, est vital. Pour Dijon, pour toutes celles et tous ceux qui ont besoin d’un toit."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess