Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dijon : neuf mois de prison avec sursis pour avoir vendu onze pots d'échappement virtuels

-
Par , France Bleu Bourgogne

Un homme de 26 ans a été condamné hier par le tribunal correctionnel de Dijon à neuf mois de prison avec sursis et à rembourser plus de 5000€ à ses victimes. Il passait de fausses annonces sur un site internet.

Les clients voulaient changer de pot.
Les clients voulaient changer de pot. © Maxppp - HOUET MICHEL

Dijon, France

Les clients, rassurés par une photocopie de sa pièce d'identité, lui envoyaient de l'argent par mandat cash et ça s'est reproduit onze fois. Et onze fois, le pot d'échappement n'existait pas.

La mécanique était bien réfléchie et bien rodée. En mai 2014, Adrian, met en ligne sa première fausse annonce sur le "Le Bon Coin" pour vendre un pot d'échappement à 450 €. Il arrive à convaincre une première victime de lui verser la somme en mandat cash, qu'il s'empresse d'aller retirer dès le lendemain. Mais le client ne verra jamais sa pièce auto fantôme. Galvanisé par l'argent facile, comme le dit son avocat, le jeune homme recommence l'opération...dix fois. Mêmes photos, mêmes pots d'échappements, mais plus le même prix : entre 400 et 700 euros d'une annonce à l'autre. Durant trois mois, il multiplie les promesses, mais toujours aucune trace du pot d'échappement chez ses victimes déçues. Pourtant le jeune homme se défend par le biais de son avocat, il affirme l'avoir bien envoyé...au moins une fois.

Mais le pot existait bel et bien, au moins en photos : c'est pendant l'enquête, que l'on trouve sur le smartphone de sa compagne et sur l'ordinateur du couple que l'on retrouvera des preuves pixelisées. Jusqu'au bout, l'objet du délit aura été virtuel.