Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dijon : un médecin jugé pour ses propos homophobes devant la chambre disciplinaire du conseil de l'ordre

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu
Dijon, France

Un médecin remplaçant, était jugé ce jeudi 22 juin 2017 par l'Ordre des médecins à Dijon pour avoir tenu des propos homophobes. Les faits remontent à janvier dernier. Ses pairs l'ont convoqué pour une audience où il n'était pas présent. La décision sera rendue sous quinzaine.

Un médecin était jugé ce jeudi pour des propos homophobes, devant la chambre disciplinaire de 1e instance du conseil de l'ordre des médecins
Un médecin était jugé ce jeudi pour des propos homophobes, devant la chambre disciplinaire de 1e instance du conseil de l'ordre des médecins © Radio France - Stéphanie Perenon

L'audience était publique ce jeudi 22 juin 2017. La chambre disciplinaire de première instance du conseil de l'ordre des médecins de Côte-d'or examinait hier les propos jugés homophobes d'un médecin généraliste remplaçant. La plainte a été déposée par l'ordre des médecins quelques mois plus tôt.

Une plainte déposée par l'ordre des médecins

Petit rappel des faits : ce médecin dijonnais, un généraliste remplaçant, avait été accusé d'homophobie sur Facebook en janvier dernier. Dans un post, le jeune docteur s’inquiétait d'avoir frôler une erreur médicale et exposait le cas d'un patient homosexuel atteint d'une syphilis. Le généraliste expliquait alors "que le patient n'est "pas un homo de type "fofolle" avec des manières surjouées, plutôt un monsieur tout le monde". Des propos jugés homophobes par des associations qui avaient saisi l'ordre des médecins, lui même saisi à l'époque des faits par le cabinet du premier ministre !

Le médecin mis en cause était absent

Le médecin en question, n'est pas venu, il était représenté par son avocat Me Nicolas Choley du barreau de Paris, qui a plaidé la liberté d'expression même si ces propos peuvent être considérés par certains comme choquants, il ne voit pas où est le mal.

Me Nicolas Choley du barreau de Paris, défend le médecin jugé pour homophobie

Mais pour Me François-Xavier Bernard l'avocat du conseil départemental de l'ordre des médecins, la liberté d'expression ne peut constituer un argument recevable.

Me François-Xavier Bernard l'avocat du conseil départemental de l'ordre des médecins

Lors de cette audience, d'autres propos du même médecin ont été rapportés, lorsqu'il était en externe, il écrivait alors sur un site visible du grand public, que "l'homosexualité était une maladie et une déviance", mais pour son avocat Me Choley, ces propos ne peuvent pas être liés à ceux qui lui étaient reprochés en janvier dernier.

Sauf que pour l'ordre des médecins, de tels propos ne sont pas acceptables, c'est ce qu'a rappelé Jean-Pierre Mouraux, le président de l'ordre des médecins en Côte-d'Or.

Me François-Xavier Bernard, l'avocat du conseil de l'ordre des médecins en Côte-d'Or et Jean-Pierre Mouraux, le président de l'ordre des médecins
Me François-Xavier Bernard, l'avocat du conseil de l'ordre des médecins en Côte-d'Or et Jean-Pierre Mouraux, le président de l'ordre des médecins © Radio France - Stéphanie Perenon

"Nous avons des règles, nous avons un code de déontologie, nous avons des lois que nous nous sommes prescrits pour respecter la dignité du patient et pour cela nous avons prêté serment. Dans ce cas précis, ce ne sont pas ses compétences médicales qui sont en cause mais sa vision qu'il a des patients, auxquels devons un plus que du mépris. Il faut que les praticiens sachent que l'on ne peut pas faire n’importe quoi."

La décision sera rendue d'ici une quinzaine de jours.

→ À lire aussi :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess