Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Grenelle des violences conjugales

Dijon va accueillir un centre de prise en charge des auteurs de violences conjugales

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le ministère chargé de l'Egalité annonce la création de 12 nouveaux centres de prise en charge des auteurs de violences conjugales (CPCA) en 2021. L'un d'eux sera situé à Dijon. Il proposera à ces auteurs un accompagnement psychothérapeutique et médical.

femme battue, violences conjugales - illustration
femme battue, violences conjugales - illustration © Maxppp - Jean François Ottonello

Le ministère chargé de l'Egalité annonce ce lundi dans un communiqué la création de 12 nouveaux centres de prise en charge des auteurs de violences conjugales (CPCA) en 2021, à Bordeaux (Gironde), Coutances (Manche), Dijon (Côte-d'Or), Gelos (Pyrénées-Atlantiques), Lorient (Morbihan) , Lyon (Rhône), Toulouse (Haute-Garonne), Paris, Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Saint-Sébastien-sur-Loire (Loire-Atlantique), Tsoundzou (Mayotte) et en Corse. Ils s'ajoutent aux 18 centres déjà existants, créés fin 2020.    

Un centre de prise en charge des auteurs de violences conjugales à Dijon pour quoi faire ?  

Ces CPCA résultent du Grenelle des violences faites aux femmes lancé le 3 septembre 2019. Ils "proposeront aux auteurs de violences conjugales un accompagnement psychothérapeutique et médical qui pourra être assorti d'un accompagnement socioprofessionnel visant notamment à l'insertion dans l'emploi". 

Ils s'accompagnent d'une ligne d'écoute réservée aux auteurs de violences et d'un dispositif de recherche de places d'hébergement pour les auteurs, afin que les victimes restent chez elles.    

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La ministre déléguée à l'Egalité, Elisabeth Moreno, se "réjouit" de la création de ces nouveaux centres qui va "doubler la couverture territoriale de ce dispositif" : "La lutte contre les violences faites aux femmes nécessite le déploiement d’une myriade de dispositifs afin de toujours mieux repérer, mieux protéger et mieux accompagner les victimes. Dans ce contexte, prévenir le passage à l’acte des auteurs et lutter contre toute forme de récidive constituent des enjeux majeurs. (…) Cet engagement collectif sur le terrain nous permettra d’enrayer le fléau des violences faites aux femmes." explique la ministre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess