Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Diocèse de Saint-Etienne : 400 prêtres et laïcs obligés de signer la charte de prévention de la pédophilie

mercredi 14 février 2018 à 22:40 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Après l’affaire du père Peyrard qui a secoué le diocèse de Saint-Étienne l’été dernier, l’évêque Monseigneur Bataille a écrit une charte que devront signer tous ceux qui travailleront pour lui.

Monseigneur Bataille a été le premier à signer la charte.
Monseigneur Bataille a été le premier à signer la charte. © Radio France - SM

Saint-Étienne, France

Les 400 membres du diocèse de Saint-Etienne vont devoir signer une charte pour la prévention de la pédophilie. Une décision de l'évêque Monseigneur Bataille, qu'il a annoncée mercredi. Il a d'ailleurs rassemblé fin janvier ces 400 personnes pour un colloque sur la prévention de la pédophilie réunissant notamment des psychologues et le procureur de la République.  

Les prêtres, les diacres, les animateurs laïcs, les chefs d'établissement de l'enseignement catholique, etc., tous seront obligés de signer ce document s'ils veulent avoir une mission religieuse au sein du diocèse.  Un document qui vise à connaître les risques, prévenir et agir en cas de découverte de cas.

L’affaire Peyrard, le déclencheur 

Cette charte de prévention de la pédophilie a été voulue par l'évêque de Saint-Etienne lorsqu'a éclaté le scandale autour du père Régis Peyrard, qui a notamment été prêtre à Saint-Just-Rambert, La Talaudière ou encore à la paroisse de Sainte-Thérèse-du-Rond-Point. Un homme de 85 ans, qui a reconnu en juillet 2017, une dizaine d'agressions sexuelles. L’évêque a reçu dix victimes et il a été très retourné par certains de leurs témoignages. 

Monseigneur Bataille raconte aussi les victimes collatérales. Tous ces croyants qui se sont sentis trahis. Il parle d'un traumatisme autour de "ce prêtre qui avait un vrai rayonnement et qui représente en même temps l'horreur". En tout cas, sur ce dossier, l'évêque a tenu à avoir un discours ferme.  Il a très vite donné le nom du curé "pour _ne pas jeter le doute sur 150 prêtres de la Loire__."  Il a aussi tenu à lui retirer toute charge "même celle de célébrer l'eucharistie". Aujourd’hui, le père Peyrard n'est plus à Saint-Étienne. "Ce n'était pas possible", confirme l'évêque. Il vit dans une maison en Ardèche. Le responsable du diocèse tient aussi à être en contact régulièrement avec lui.  Il est même allé plusieurs fois à Aubenas le rencontrer. Le vieil homme dit "prier"_ régulièrement pour les victimes. Et si le père Peyrard a très vite reconnu les faits, il dit toujours ne plus se souvenir ni des victimes, ni de ses actes.       

Sur le plan judiciaire, dans cette affaire Peyrard, une dizaine de plaintes ont été transmises au parquet. Des victimes qui, depuis, n'ont jamais eu de nouvelles du parquet et qui le regrettent.     

Besoin d’uniformisation disent les associations de victimes 

Pour les associations de victimes, cette initiative est bonne, mais il va falloir que l'Eglise française prenne enfin des décisions cohérentes et nationales. Car en ce moment, chaque diocèse fait un peu les choses à sa sauce, estime François Devaux. Il est le cofondateur de la "Parole libérée". Une association qui a été créée pour rassembler les victimes de pédophilie dans l'Eglise autour de l’affaire du père Preynat qui a été prêtre dans le Roannais.

  - Aucun(e)
-