Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Nordahl Lelandais

Affaire Maëlys : les parents vont prendre la parole pour la première fois

jeudi 28 septembre 2017 à 15:23 Par Denis Souilla, France Bleu Besançon, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Les parents de la petite Maëlys, 9 ans, disparue fin août en Isère, ont décidé de sortir de leur silence. Ils s'expriment pour la première fois jeudi soir vers 18h25 à Lyon en présence de leur avocat. Suivez cette conférence de presse en direct et en vidéo ci-dessous.

Avant la conférence de presse des parents de Maëlys, à Lyon, le 28 septembre
Avant la conférence de presse des parents de Maëlys, à Lyon, le 28 septembre © Radio France - Véronique Pueyo

Lyon, France

Aucune apparition ni commentaires dans les médias depuis la disparition de leur fille, Joachim et Jennifer De Araujo, les parents de Maëlys, originaires du Jura, vont s'exprimer jeudi soir vers 18h30 pour la première fois lors d'une conférence de presse à Lyon (Rhône). Maëlys, 9 ans, a disparu lors d'une fête de mariage, dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 août vers 3h30 au Pont-de-Beauvoisin (Isère).

À lire aussi : Affaire Maëlys : "nous demandons au suspect de révéler ce qu'il sait"

Dans le cadre de cette enquête, un homme de 34 ans, originaire de Domessin (Savoie) fait figure de principal suspect, mis en examen pour "enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans ". Celui-ci a d'abord été placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Grenoble-Varces le dimanche 3 septembre, puis à la maison d'arrêt de Saint-Quentin-Fallavier le jeudi 14 septembre.

Un mois d'enquête et les incohérences d'un suspect

Depuis plus d'un mois, les recherches sur le terrain et des battues citoyennes, dans le secteur du Pont-de-Beauvoisin et une zone plus large en Isère et en Savoie, n'ont rien donné de concrêt, aucune trace de la fillette exceptée une trace ADN de Maëlys retrouvée sur une élément du tableau de bord de l'Audi A3 du suspect. Les premiers jours de l'enquête, les gendarmes enquêteurs précisaient qu'avec les équipes cynophiles, le chien pisteur n'allaient "pas au-delà de l'enceinte de la salle polyvalente".

Lors de ses nombreuses auditions, le suspect a présenté de nombreuses d'incohérences. Cet ancien militaire, solitaire, s'est notamment éclipsé le soir de la disparition de Maëlys, après avoir taché son short blanc. "Au moment où il s’est changé, il a constaté que ce short était relativement détérioré. Il s'est dit tout simplement que ce n'était pas utile et judicieux de le laver et indique l’avoir jeté", avait précisé son ancien avocat, Me Bernard Méreau.

Par ailleurs, le suspect a lavé sa voiture -le coffre, l'habitacle, les poignées, les banquettes- dans un lieu où il a été filmé par des caméras de surveillance. Il avait alors expliqué vouloir nettoyer son véhicule avant une vente prochaine. Il avait également caché posséder un second téléphone portable dont la localisation s'est éloignée de la salle de mariage. Enfin, le suspect aurait eu un comportement sombre, intimidant voire menaçant avec ses anciennes petites amies.

Les journalistes attendent les parents de Maëlys avant leur prise de parole, à Lyon, le 28 septembre - Radio France
Les journalistes attendent les parents de Maëlys avant leur prise de parole, à Lyon, le 28 septembre © Radio France - Véronique Pueyo