Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Nordahl Lelandais

VIDÉO - Affaire Maëlys : le suspect nie les faits, mis en examen pour meurtre et enlèvement

jeudi 30 novembre 2017 à 18:03 - Mis à jour le jeudi 30 novembre 2017 à 19:33 Par Denis Souilla, France Bleu Besançon, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Nordahl L. a été mis en examen jeudi pour "meurtre précédé d'un autre crime" après avoir été entendu par trois juges d'instruction dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Maëlys. L'homme nie toujours toute implication et a donné sa version face à des éléments circonstanciers.

Jean-Yves Coquillat, procureur de la République de Grenoble, le 30 novembre 2017
Jean-Yves Coquillat, procureur de la République de Grenoble, le 30 novembre 2017 © AFP - Jean-Pierre Clatot

Grenoble, France

Plus de trois mois après la disparition de Maëlys de Araujo, dans la nuit du 26 au 27 août en Isère, Nordahl L., principal suspect a été entendu jeudi par trois juges d'instruction au palais de justice de Grenoble. A l'issue de la journée, l'homme de 34 ans, jusque-là mis en examen pour "enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans", a été mis en examen pour "meurtre précédé d'un autre crime". Jean-Yves Coquillat, procureur de la République de Grenoble a également détaillé jeudi des éléments chronologiques précis de la soirée de mariage où l'on a perdu toute trace de la fillette.

Huit heures d'audition

Nordahl L. a continué jeudi de nier les faits lors de son interrogatoire. Il s'agissait de la première audition sur le fond de l'affaire depuis son incarcération le 3 septembre. L'interrogatoire mené par trois juges d'instruction, deux femmes et un homme, a duré près de huit heures, avec une interruption à la mi-journée. Il a porté notamment sur la chronologie de la nuit de la disparition, du 26 au 27 août lors d'une fête de mariage au Pont-de-Beauvoisin (Isère) où le suspect était invité ainsi que sur des allers-retours effectués dans la soirée par le suspect entre le lieu de la fête et son domicile, à Domessin (Savoie), à environ quatre kilomètres de distance.

Une chronologie précise

Jean-Yves Coquillat, procureur de la République de Grenoble, a précisé jeudi soir lors d'une conférence de presse des horaires très précis, et jusque-là jamais rendus publics. Le parquet a précisé que ces horaires ont pu être établis avec minutie, dans la nuit du 26 au 27 août, grâce aux centaines de témoignages de participants du mariages, grâce aux horaires de diffusion des morceaux de musique lors du mariage par le DJ, grâce également à des images de vidéosurveillance ou des relais de téléphonie mobile sur des émetteurs.

  • De 21h49 à 22h08 : Premier aller-retour et absence de Nordahl L. lors de la fête du mariage.
  • De 22h33 à 23h09 : Deuxième aller-retour du suspect avant la disparition de Maëlys.
  • 2h45 : Horaire fixé de la disparition de Maëlys. L'enfant n'est plus vue sur place.
  • 2h46'12'' : Le téléphone de Nordahl L. est mis en mode avion.
  • 2h47 : Le véhicule de Nordahl L. est filmé par une caméra de vidéosurveillance du centre-ville du Pont-de-Beauvoisin. Une "silhouette frêle vêtue d'une robe blanche" est visible sur le siège passager avant.
  • 3h24'29'' : Le véhicule est filmé à nouveau au même endroit, dans la même rue du Pont-de-Beauvoisin, en sens inverse. Le conducteur est seul
  • 3h25'58'' : Nordahl L. désactive le mode avion de son téléphone.
  • 3h25'59'' : Le téléphone borne sur un émetteur de téléphonie près de la salle des fêtes.
  • 3h50 : La disparition de Maëlys est signalée à la gendarmerie.
  • 3h57 : Une audi A3 est de nouveau filmée par la caméra de vidéosurveillance du Pont-de-Beauvoisin.
  • 3h57'05'' : Le téléphone de Nordahl L. est à nouveau placé en mode avion.
  • 7h06 : Le téléphone est en service, le mode avion est désactivé. Le téléphone borne à Domessin au domicile du suspect.
  • Dimanche après-midi : brève audition de Nordahl L. comme témoin par les gendarmes.
  • De 17h23 à 19h45 : Nordahl L. nettoie sa voiture à fond, il est filmé dans une station-service.
  • 28 août 2017 : Demande de résiliation de son forfait téléphonique.

L'expertise d'un de ses téléphones portables, dont il avait caché l'existence aux enquêteurs lors de ses premières auditions, a révélé que l'appareil avait été placé en "mode avion" -ce qui le rend indétectable- à 2h46, pour être ré-activé plus tard. Le suspect explique qu'il a coupé son téléphone pour préserver le niveau de sa batterie.

Dans l'intervalle, une caméra de vidéosurveillance de la commune a filmé un véhicule dont la justice estime qu'il s'agit de celui du suspect, ce qu'il conteste également. Sur les images de cette voiture, on aperçoit sur le siège passager avant "une silhouette frêle, de petite taille, vêtue d'une robe blanche", comme la fillette ce soir-là.

Il nie et conteste les faits

Selon le procureur de la République de Grenoble, "Nordahl Lelandais a fait trois allers-retours de la salle des fêtes à son domicile, puis un quatrième voyage, de la salle des fêtes à son domicile, un aller simple". Dans la chronologie, le suspect a contesté l'horaire de la disparition de la fillette de neuf ans, établi par les témoignages aux alentours de 2h45. Ce dernier estime que la disparition de la fillette est intervenue plus tard dans la soirée.

Plusieurs éléments permettent de penser que le véhicule observé, une Audi A3, est bien celui de Nordahl Lelandais. L'expertise effectuée par le laboratoire de la gendarmerie montre un certain nombre de concordances comme la position d'autocollants sur les vitres, les jantes ou un défaut d'éclairage arrière. Pourtant, alors qu'il a visionné les vidéos avec ses trois avocats, le suspect a continué jeudi de nier qu'il s'agissait de sa voiture.

2h47 : l'heure de l'enlèvement

"C'est un homme qui s'exprime calmement avec beaucoup de sang froid", explique Jean-Yves Coquillat. "Il a beaucoup changé physiquement, il s'est laissé pousser la barbe, il est méconnaissable" ajoute le procureur de la République de Grenoble. "L'hypothèse la plus probable c'est que l'enfant a été enlevée à 2h47. Il revient sans. Pour nous, c'est la période où l'homicide a eu lieu, la deuxième période étant la période de dissimulation du corps."

"C'est un homme qui s'exprime calmement avec beaucoup de sang froid" — Jean-Yves Coquillat, procureur de la République de Grenoble

Les recherches se poursuivent

Sur le terrain, les recherches se sont poursuivies jeudi dans le secteur du Pont-de-Beauvoisin mais le Parquet a reconnu qu'"il sera difficile de retrouver le corps de la fillette si nous ne savons pas où chercher". Selon des sources proches de l'enquête, ces investigations n'ont pas de rapport direct avec l'audition du suspect menée mardi au palais de justice de Grenoble par trois juges d'instruction. Les gendarmes et équipes cynophiles n'ont donc pas été déployés sur le terrain suite à d'éventuelles révélations dans cette affaire.

Nordahl L. est actuellement en détention à la maison d'arrêt de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), "à l'isolement des autres détenus pour éviter qu'il ne lui arrive malheur" a expliqué le parquet. Le suspect a été mis en examen pour "meurtre précédé d'un crime" alors qu'il était déjà mis en examen pour "enlèvement et séquestration". Nordahl L. risque une peine de prison à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 30 ans.

Regardez en intégralité la conférence de presse de Jean-Yves Coquillat, procureur de la République de Grenoble

Source : France 3 Alpes