Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Disparition de Delphine Jubillar

Disparition de Delphine Jubillar : la vie à l'arrêt des amies de la jeune femme

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Depuis la nuit du 15 au 16 décembre, les amies très proches de Delphine Jubillar vivent un cauchemar. Elles ne dorment plus et ne veulent qu'une chose : savoir ce qui est arrivé à leur amie.

Les amies de Delphine Jubillar marchent quotidiennement, ou presque, pour retrouver leur copine.
Les amies de Delphine Jubillar marchent quotidiennement, ou presque, pour retrouver leur copine. © Radio France - SM

Alors que l’infirmière de 33 ans a disparu depuis maintenant plus de trois mois de son domicile, quelques amies de Delphine Jubillar ont improvisé une nouvelle battue ce jeudi 25 mars dans le secteur de Cagnac-les-Mines. Des jeunes femmes qui se sentent tellement seules face à la disparition de Delphine que la présence d’une vingtaine de personnes venues pour leur battue suffit à leur redonner du courage. Depuis des semaines, elles tentent parfois en vain de convaincre les habitants de Cagnac-les-Mines de l’importance de ces recherches individuelles

Une bande de copines

Ce sont toutes des mamans qui voyaient Delphine tous les jours ou presque à la sortie de l’école. Des copines qui depuis trois mois marchent dès qu’elles ont quelques minutes et qui ne dorment plus la nuit. Elles ne font que penser à leur amie avec qui elles ont tissé des liens très forts autour des activités de l’école du village. Avec Delphine Jubillar, elles ont fait des tas de fêtes. Pour la naissance des enfants, les anniversaires, les réveillons de la Saint-Sylvestre. Et aujourd’hui, l’absence de la jeune maman hante leurs nuits. 

La retrouver "en vie" 

Parmi les organisatrices de la battue de jeudi, Emy, une des amies les plus proches de Delphine, qui parle de sa vie totalement à l’arrêt depuis des jours. Elle ne peut faire que chercher. "La nuit, on réfléchit et la journée, on cherche. C’est tout ce qu’on peut faire. Et on fait ça depuis trois mois. On fait tout le Tarn. Partout où on peut aller, on fait. La vie en ce moment est en stand-by. On ne sait pas quoi faire. C’est de ne pas savoir. On a envie de la retrouver. Ça fait trois mois, mais ça ne fait aussi que trois mois. Alors on a espoir de la retrouver, de la retrouver en vie." 

"Delphine est si positive, elle ne mérite pas ça." 

Ces amies veulent toutefois rester très discrètes à propos de la disparue. Hélène habite tout près de la maison de Delphine. Elle raconte la difficulté de passer chaque jour devant la bâtisse de briques. Les jeunes femmes sont aussi écœurées par tout ce qu’elles ont pu lire. Les amants, les disputes, les rumeurs. Elles lâchent simplement : "Delphine est si positive, elle ne mérite pas ça. Personne d’ailleurs ne mérite cela"

Des amies très discrètes aussi parce qu’elles savent que rien n’est encore écrit dans cette histoire, que le mystère est complet. D’ailleurs, certaines ont pris un avocat pour tenter de se constituer partie civile et mieux comprendre ce qui a pu se passer à la mi-décembre. Des copines qui n’ont pas vraiment de contact avec les autres proches de la disparue. "Il faudrait que des parents, des collègues, de la famille viennent nous aider. Ce serait mieux que de rester chacun de son côté comme cela." 

Les amies de Delphine vont tenter d’organiser de nouvelles recherches, cette fois un dimanche, pour tenter de réunir davantage de monde. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess