Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Disparition d'Antoine : les mises en examen confirmées pour sa mère et son ex-beau-père

mardi 24 avril 2018 à 16:22 Par Olivier Vidal et Jean-Pierre de Mongelas, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Riom a confirmé ce mardi les mises en examen d'Alexandrine Brugerolles de Fraissinette et de Sébastien Ribière. Contestées par leurs avocats, ces décisions avaient été prises par la juge d'instruction après un nouveau témoignage.

Alexandrine Brugerolle et Sébastien Ribière
Alexandrine Brugerolle et Sébastien Ribière © Maxppp - COUBLE Pierre et BOILEAU Franck

Riom, France

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Riom est donc allée dans le sens de la juge. Elle a confirmé ce mardi les motifs de mise en examen de la mère du petit Antoine, disparu en 2008 et de son ex-beau-père. L'ancien couple est poursuivi pour homicide involontaire, recel de cadavre, dénonciation mensongère et modification d’une scène de crime. Alexandrine Brugerolles de Fraissinette et Sébastien Ribière avaient été mis en examen l'an passé après un rebondissement lié à des déclarations faites par un ancien codétenu de Ribière. 

Un témoignage sincèrement crédible - Eric Maillaud

Ce dernier lui aurait confié que l’enfant de 6 ans serait mort après avoir avalé une "boulette d’héroïne laissée sur une table basse" dans l’appartement du couple. Le corps aurait été enterré "dans les collines dans le secteur d’Issoire". Dès l'annonce de ces mises en examen, les avocats du couple avaient fait part de leur intention de contester ses motifs, ne "reposant que sur les dires d'un homme souhaitant un aménagement de peine". Les conseils avaient aussi fait le lien avec l'affaire Fiona, "inspirant sans doute le fameux codétenu". 

Le procureur de la République de Clermont-Ferrand avait qualifié le témoignage de ce codétenu de "sincèrement crédible". Ce que conteste maître Canis, avocat de la défense : "Ce qui est terrible dans ces mises en examen, c’est qu’elles supposent qu’Antoine est mort alors que rien, absolument rien, ne le prouve".

Meurtre et recel de cadavre

La cour d'appel de Riom s'était donnée du temps avant de se rendre sa décision, puisque les deux "poursuivis" étaient jugés en appel dans une autre affaire la semaine dernière à Draguignan. Celle du meurtre d'une Marseillaise sur fond de drogue. Sébastien Ribière a été condamné à 20 ans de prison pour meurtre. Acquittée en première instance, la mère d'Antoine a écopé de deux ans de prison pour recel de cadavre. Elle a été laissée en liberté.