Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Crash d'un Mirage 2000D dans le Jura : des débris retrouvés, l'équipage porté disparu

mercredi 9 janvier 2019 à 22:10 Par Viviane Le Guen, France Bleu, France Bleu Besançon et France Bleu Sud Lorraine

Les recherches se poursuivaient mercredi soir pour retrouver les deux membres d'équipage d'un avion de chasse Mirage 2000D, disparu des écrans radar en fin de matinée après son décollage de la base de Nancy-Ochey (Meurthe-et-Moselle) et dont des débris ont été retrouvés dans le Jura.

Un centre de commandement a été installé sur la commune de Mignovillard (Jura)
Un centre de commandement a été installé sur la commune de Mignovillard (Jura) © Radio France - Christophe Mey

"Nous espérons que nous allons les retrouver vivants. Ils sont à ce stade portés disparus." Le pilote et le navigateur qui se trouvaient à bord du Mirage 2000D qui a subitement disparu des radars mercredi matin après son décollage de la base de Nancy-Ochey (Meurthe-et-Moselle) étaient toujours recherchés dans la soirée a confirmé le porte-parole de l'armée de l'Air, le colonel Cyrille Duvivier, lors d'une conférence de presse.

Les deux hommes n'ont donné aucun signe de vie depuis la disparition de l'appareil. En cas d’éjection, une balise se déclenche automatiquement. Mais aucune des balises - placées sur le siège éjectable et que les pilotes peuvent aussi déclencher en arrivant au sol pour être localisés - n'ont été activées a indiqué le colonel Duvivier.

Une enquête a été ouverte pour "recherche des causes de l'accident" par le parquet de Metz, compétent pour les affaires pénales militaires dans la zone Est, a indiqué le procureur, Christian Mercuri, à l'AFP. "On a saisi la section de recherches de la gendarmerie de l'Air, un service spécialisé", basé en région parisienne, a-t-il ajouté.

Des débris localisés et "du tissu qui ressemble à un parachute" retrouvé

Des débris ont été localisés à Mignovillard, commune autour de laquelle les recherches s'étaient concentrées. Le pisteur secouriste qui les a découverts a confié s'être repéré "à l'odeur" à France Bleu Besançon."C'est un massif remplis de résineux, c'est pas facile d'accès. On est allé sur place avec un véhicule chenillé. On avait une ou deux indications et surtout on s'est repéré à l'odeur. Un crash ça laisse toujours des odeurs de kérosène."

"On a trouvé du tissu qui ressemble à un parachute", a confirmé le colonel Duvivier. "Mais il est trop tôt pour dire s'il s'agit d'un parachute de l'équipage ou de l'appareil", a-t-il ajouté.  Outre les parachutes des pilotes, le Mirage 2000D est équipé d'un parachute de freinage à l'atterrisage.

D'importants moyens - dont des avions de chasse alors présents dans la zone et des hélicoptères - ont été déployés pour retrouver l'appareil et ses passagers qui effectuaient un vol d'entraînement à basse altitude. "Le peloton de gendarmerie de montagne des Hauts-de-Bienne et la section de recherches de la gendarmerie de l'Air de Vélizy-Villacoublay sont engagés sur les recherches opérationnelles", a tweeté la gendarmerie.

"La difficulté, c'est de trouver la zone d'impact (...) La zone des débris peut être immense", a précisé le colonel Duvivier en rappelant le précédent de mars 2011, dernier accident mortel ayant affecté l'armée de l'Air. Le pilote et le navigateur d'un Mirage 2000, basé à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), avaient été tués dans la chute de leur appareil dans la Creuse. "La zone d'éparpillement était très, très vaste, et ces opérations sont longues", a conclu le porte-parole de l'armée de l'Air.

  - Visactu
© Visactu