Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Disparue du Tarn : comment s'organise la "battue citoyenne" de ce mercredi

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie

Une semaine après la disparition d'une jeune mère de famille à Cagnac-les-Mines, près d'Albi (Tarn), une battue citoyenne est organisée ce mercredi par les gendarmes. Plus de 200 personnes sont attendues.

Delphine Jubillar a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines dans le Tarn
Delphine Jubillar a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines dans le Tarn - Gendarmerie du Tarn

La disparition de Delphine Jubillar fait beaucoup de bruit dans sa commune de Cagnac-les-Mines, au nord d'Albi. La jeune femme de 33 ans, mère de deux enfants et infirmière, a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre de son domicile. Les gendarmes ont appelé la population à participer aux recherches. Deux battues sont organisées ce mercredi 23 décembre. Des proches, des habitants, des élus de la municipalité ainsi que des chasseurs ont prévu d'y participer.

Le domicile de la mère de famille portée disparue.
Le domicile de la mère de famille portée disparue. © Radio France - Pascale Danyel

Qui peut participer

Qui veut peut participer aux recherches, seules les personnes dites "fragiles" doivent s'abstenir, indiquent les gendarmes du Tarn sur leur page Facebook. Des équipements adaptés à la marche sont nécessaires. Des groupes de 15 à 20 personnes seront constitués par les gendarmes et seront placés sous la responsabilité d'un ou deux militaires. 

Comment rechercher la disparue

Les volontaires, appuyés par les gendarmes, vont effectuer ce qu'on appelle "des vagues de ratissage". Ils devront scruter le sol à la recherche du moindre indice comme un vêtement, une chaussure ou un téléphone portable. Les volontaires seront espacés d'environ un mètre pour réaliser un ratissage méticuleux. Une vingtaine de secteurs vont être fouillés ce mercredi.

Beaucoup de monde est attendu. Au moins 200 personnes, à commencer par le maire de Cagnac-les-Mines, Patrick Norkowski, annoncé dès 8h ce mercredi matin au poste de commandement de la gendarmerie près du lac. Sur la page Facebook de la commune, il relaye l’appel des gendarmes pour cette battue citoyenne auprès de ces administrés. Il demande aussi au personnel de la mairie, aux élus et aux associations s'ils sont disponibles pour participer. Plusieurs Cagnacois aussi se portent volontaires de façon spontanée, comme Sissi :

"C'est normal. Elle fait partie du village. Si cela avait été pour moi j'aurais aimé qu'on fasse pareil."

Sissi, Cagnacoise de 55 ans dit qu'elle participera aux recherches ce mercredi après-midi.
Sissi, Cagnacoise de 55 ans dit qu'elle participera aux recherches ce mercredi après-midi. © Radio France - Pascale Danyel

Où se rendre 

Deux battues sont organisées, la première à 9h, la seconde à 14h. Chacune durera entre une et deux heures. Rendez-vous sur le parking de la salle des fêtes de Cagnac-les-Mines où se trouve le poste de commandement de la gendarmerie ou sur le parking du magasin Intermarché de la commune.

Un des points de rendez-vous pour la battue, le parking du magasin Intermarché à Cagnac-les-Mines
Un des points de rendez-vous pour la battue, le parking du magasin Intermarché à Cagnac-les-Mines © Radio France - Marion Aquilina

Inquiétude à la clinique Claude-Bernard à Albi

La disparition de Delphine est omniprésente dans les conversations et les esprits. Charlotte est ambulancière à la clinique Claude-Bernard où la disparue travaille comme infirmière et elle est très inquiète :

"Je suis inquiète comme beaucoup de gens ici. C'est avant tout une jeune maman d'à peu près mon âge. Cela fait une inquiétude de plus en ces temps tourmentés. En espérant une fin heureuse."

La mère de famille disparue travaille comme infirmière à la clinique Claude-Bernard d'Albi.
La mère de famille disparue travaille comme infirmière à la clinique Claude-Bernard d'Albi. © Radio France - Pascale Danyel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess