Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Disparition de Delphine Jubillar

Disparition de Delphine Jubillar : son téléphone portable activé

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le téléphone portable de Delphine Jubillar l'infirmière de Cagnac-les-Mines portée disparue depuis la mi-décembre s'est activé ce mardi soir. Une réactivation constatée dans le cadre d'investigations techniques, mais il n'y a à ce stade aucune avancée décisive dans le dossier.

Portrait de Delphine Jubillar
Portrait de Delphine Jubillar - Gendarmerie du Tarn

Selon une information révélée par nos confrères d'actu.fr le téléphone portable de Delphine Jubillar a été activé pendant plusieurs heures dans la nuit de mardi à mercredi, soit presque deux mois après sa disparition la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines (Tarn).

Un rebondissement qui ressemble fort à celui provoqué le 13 janvier dernier par l'activation du compte Facebook de la mère de famille et infirmière à la clinique Claude-Bernard d'Albi. Les enquêteurs avaient alors privilégié la piste du hacker.

Selon nos sources, l'activation du téléphone portable de la jeune femme a été constatée dans le cadre d'investigations techniques. Elle pourrait une fois de plus être due à un piratage. Une chose est certaine : il n'y a toujours à ce stade aucune avancée décisive dans ce dossier.

Nombreuses hypothèses et "espoir vain"

Jean-Baptiste Alary, l'avocat du mari Cédric Jubillar relate les faits : ce mardi soir à 23h, une cousine de Delphine constate une activité sur le compte Messenger de la disparue. Elle appelle Cédric, il se connecte et effectivement c'est le cas, les internautes constatent que "Delphine est connectée". Il y a une activité jusqu'à 23h58, puis plus rien, silence radio. 

Sur quel support la connexion s'est-elle faite ? Un téléphone, un ordinateur, une tablette ? Tout est envisageable, dit l'avocat du mari. Pour Maître Alary, de nombreuses hypothèses sont possibles : "Soit c'est une activité volontaire de quelqu'un qui a accès à ce compte, probablement pas de Mme Jubillar car à deux mois de la disparition, on peut en être à peu près convaincu. Il peut s'agir aussi d'un bug informatique, d'un piratage du compte ou peut-être d'une activité de surveillance des services enquêteurs."

Maître Alary trouve "dommage que cela puisse donner de l'espoir à l'entourage de Delphine Jubillar". Il craint que ce soit "un espoir vain" et c'est "ce qui (le) chagrine le plus". À sa connaissance "il n'y a pas d'évolution, pas de placement en garde à vue ni de mise en cause formelle de qui que ce soit, le dossier n'avance pas".

"Il faut calmer le jeu" dit l'avocat des plusieurs proches de Delphine

L'avocat de deux cousines et quatre proches de Delphine Jubillar pense qu'il faut désormais "calmer le jeu". Maître Philippe Pressecq estime que ces révélations "ne font pas du bien à (s)es clients qui sont angoissés et qui à chaque fois ont de l'espoir". Il affirme que cela accentue un "phénomène d'hystérie où (s)es clients sont sans arrêt interpellés par des mages, voyants et savants de tous ordres prétendant leur donner des informations sur le sort de Delphine".

Me Pressecq précise qu' à sa connaissance ce n'est pas le téléphone de l'infirmière qui a été réactivé "mais son compte Facebook, comme il y a quelques semaines, et a priori il s'agit d'une manipulation fausse ou volontaire des services d'enquête qui ont la main logiquement et normalement sur le compte de Delphine Jubillar.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess