Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Disparition de Delphine Jubillar

Disparition de Delphine Jubillar : un message dans la nuit mais toujours aucune piste

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

L’enquête se poursuit 50 jours après la disparition de l’infirmière de 33 ans à Cagnac-les-Mines (Tarn). Les enquêteurs travaillent en particulier sur l’emploi du temps le soir de sa disparition, dans la nuit du 15 au 16 décembre.

 Le lotissement de maisons neuves où vit le couple Jubillar, à 500 mètres du centre-bourg de Cagnac-les-Mines.
Le lotissement de maisons neuves où vit le couple Jubillar, à 500 mètres du centre-bourg de Cagnac-les-Mines. © Radio France - Bénédicte Dupont

Un mois et demi après la disparition de Delphine Jubillar, l’enquête se poursuit avec la même intensité et avec un nombre important d’auditions et de recherches. C’est ce que disent en tout cas des sources proches du dossier. La jeune femme a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 dans le village de Cagnac-les-Mines. Quelques jours plus tard, une information judiciaire pour "arrestation, enlèvement, détention ou séquestration" a été ouverte par le parquet de Toulouse.

Les gendarmes sont toujours régulièrement sur le terrain. Ils cherchent aussi à travailler dans la plus grande discrétion depuis une cellule basée à la gendarmerie d’Albi. Une enquête qui, évidemment, se concentre sur l’emploi du temps de la jeune femme, la dernière journée du 15 décembre et la nuit du 15 au 16 décembre. 

Un confident dans le Tarn-et-Garonne 

Ce soir-là, on sait que la jeune femme a couché ses enfants vers 20h. Son petit garçon a été l’un des premiers auditionnés dans cette affaire, pour établir s’il avait bien vu sa maman avant de s’endormir. Ensuite la jeune femme a communiqué avec ses proches via différentes messageries. Elle était notamment en contact avec celui qu’on décrit comme son amant ou son confident. Un homme du Tarn-et-Garonne selon Me Phillipe Pressecq, avocat d’amies et de cousines de Delphine. Un homme avec qui la jeune femme communiquait depuis quelques temps. Elle en avait peu parlé à ses proches : "Elle n’avait pas évoqué cet aspect de sa vie" poursuit l’avocat. 

Première alerte à 4h du matin

Et puis, aux alentours de 23h ou minuit, la jeune femme serait donc sortie avec ses chiens. Enfin, son mari, avec qui elle a entamé une procédure de divorce, est réveillé par son petit garçon qui ne trouve pas sa maman. Cédric Jubillar donne alors l’alerte via un message, à 4h du matin, à une amie de Delphine. Maître Jean Baptise Alary, l’avocat du jeune homme note que ce détail est connu depuis le début de la procédure. "Il me semble parfaitement logique, quand vous constatez la disparition de votre épouse, de savoir si elle n’est pas allée chez un ami. En constatant qu’elle n’est chez aucun de ses proches, il s’en est inquiété et a appelé les forces de l’ordre." 

Les gendarmes seront appelés tôt le matin, vers 6h et les recherches vont ensuite démarrer très rapidement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess