Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Disparition de Lucas Tronche

Disparition de Lucas : dix Provençaux se mobilisent à Cavaillon

lundi 25 janvier 2016 à 4:24 Par Yacine Sahnoune, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Dix mois après la disparition du jeune Lucas, 16 ans, à Bagnols-sur-Cèze, les recherches s'intensifient. Notamment à Cavaillon, où dix Provençaux ont collé des affiches samedi dernier.

Dix provençaux se sont réunis samedi dernier, à Cavaillon, pour afficher.
Dix provençaux se sont réunis samedi dernier, à Cavaillon, pour afficher. © Radio France - Yacine Sahnoune

Cavaillon, France

"Je recherche Lucas". C'est ce qui est écrit en grand sur les chasubles orange de ces dix Provençaux réunis à Cavaillon. Ils collent des affiches, partout où ils le peuvent. Chez le boucher, dans une agence de voyage, au supermarché, dans une épicerie. L'épicière, pleine de compassion : "Pour Noël, je pensais à ses pauvres parents... Excusez-moi, mais c'est humain", lance-t-elle à sa clientèle.

"Si on est là, c'est qu'il y a de l'espoir"

Cela fait maintenant dix mois que Lucas a disparu de Bagnols-sur-Cèze. Les Provençaux qui affichent gardent espoir. Guy et Anne-Marie sont venus tous les deux de Bédarrides : "On a des enfants, si cela nous arrive, on aimerait avoir la même solidarité."

Un peu plus loin, Corrine, de Bollène : "Toute ma page Facebook, c'est Lucas. Je diffuse le message depuis le début. Si on est là, c'est qu'il y a de l'espoir". Sandra Blaise, de Cavaillon, dirige ce comité d'affichage.

"Les gens s'avancent vers nous, ils nous demandent des affiches. Lucas, cela pourrait être l'enfant de tout le monde. On a envie que cette mobilisation continue. Plus on s'implique, plus on se sent proche de la famille."

Le mouvement qui existe depuis dix mois sur les réseaux sociaux est aujourd'hui bien réel : des comités d'affichage se sont montés dans plus d'un millier de villes en France.

Reportage avec le comité d'affichage à Cavaillon.