Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Nordahl Lelandais

Disparition de Maëlys : des battues citoyennes tous les jours en Isère et en Savoie

mercredi 6 septembre 2017 à 13:18 Par Denis Souilla et Delphine Evenou, France Bleu Besançon, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Onze jours après la disparition de Maëlys, 9 ans, au cours d'une fête de mariage en Isère, les recherches ne faiblissent pas. Pendant que les gendarmes s'intéressent à un homme de 34 ans, mis en examen et placé en détention provisoire, des volontaires quadrillent une large zone en Isère et Savoie.

Des participants de la battue citoyenne le samedi 2 septembre
Des participants de la battue citoyenne le samedi 2 septembre © Maxppp -

Onze jours après la disparition de Maëlys, dans la nuit du 26 au 27 août au Pont-de-Beauvoisin (Isère) au cours d'une fête de mariage, les recherches continuent. Les gendarmes s'intéressent à un homme de 34 ans, mis en examen et placé en détention provisoire à la Maison d'arrêt de Grenoble-Varces et parcourent le secteur élargi du Pont-de-Beauvoisin, et d'autres lieux comme le lac d'Aiguebelette. Parallèlement, des volontaires quadrillent une large zone de plusieurs dizaines de kilomètres carrés en Isère et Savoie, zone susceptible de comporter des indices pour retrouver la fillette de 9 ans.

Gilet jaune sur le dos, ces marcheurs viennent de toute la vallée. Chaque jour, ils ciblent une nouvelle zone. Cette fois, c'est en Savoie, à une quinzaine de kilomètres du Pont-de-Beauvoisin, la commune iséroise où a disparu Maëlys. "On est à Aiguebelette, à côté d'un camping qui s'appelle Le Sougey", explique une participante, bâton à la main. Le secteur sillonné n'a pas été choisi au hasard. "C'est plein de forêts, plein de bois. Si on regarde bien ce qui s'est dit par rapport au suspect... Il avait des griffures au niveau des bras et des jambes, donc à part dans les ronces, il n'aurait pas pu se faire ça autrement" en déduit la participante.

Des discussions sur Facebook pour orienter les recherches

Marcher dans un bois, le long d'une rivière, tout proche d'un étang ou d'une zone de bosquets. Ce type d'informations, les chercheurs citoyens se les échangent toute la journéesur des groupes de discussions Facebook dédiés à leurs recherches. L'un a été lancé peu de temps après la disparition de la fillette. L'autre avait été lancé lors de la première battue citoyenne d'envergure le 2 septembre, où plus d'un millier de participants avait sillonné le secteur du Pont-de-Beauvoisin.

Sur le réseau social, des volontaires se proposent pour le matin ou l'après-midi. "Il faut être organisés. En principe, il y a un petit leader qui dit 'tel jour à telle heure, on se rejoint à tel endroit'. On choisit l'endroit et après une fois qu'on a donné rendez-vous, le leader donne un peu ses directives" raconte une volontaire.

Des participants à la battue citoyenne du 2 septembre dans le secteur du Pont-de-Beauvoisin (Isère) - Maxppp
Des participants à la battue citoyenne du 2 septembre dans le secteur du Pont-de-Beauvoisin (Isère) © Maxppp -

Des battues en parallèle des recherches de gendarmerie

"On est là pour chercher des indices, et Maëlys. Après, la police et gendarmerie s'occupent du suspect, de l'enquête plus approfondie. Nous on est là en tant que civils. On s'occupe vraiment de ce dont on peut s'occuper, on ne va pas au-delà". Les gendarmes ne sont pas contre ces battues citoyennes, "tout est bon à prendre pour retrouver la fillette", explique-t-on chez les enquêteurs.

"Tant qu'il n'y a pas de nouvelles, on continue" — Une volontaire

Chez les volontaires, on parle évidemment du suspect, mais pas de commentaire enregistré au micro, ni sur l'homme ni sur la perquisition de mardi. Tous l'assurent, ils sont là uniquement pour Maëlys. "On est tous les enfants de quelqu'un, c'est arrivé à n'importe qui. Je pense que la personne qui disparaît n'attendra qu'une chose : qu'on la retrouve. Tant qu'il n'y a pas de nouvelles, on continue."

Des participants à la battue citoyenne du 2 septembre dans le secteur du Pont-de-Beauvoisin (Isère) - Maxppp
Des participants à la battue citoyenne du 2 septembre dans le secteur du Pont-de-Beauvoisin (Isère) © Maxppp -

L'appel à témoins lancé le 27 août par les gendarmes

  • Maëlys a 9 ans.
  • Elle mesure 1,30 mètre et pèse 28 kilos.
  • Elle a la peau mate, les yeux marron et les cheveux châtains jusqu'à mi-dos.
  • Au moment de sa disparition elle portait une robe blanche sans manche, elle avait des nu-pieds blancs.
  • Ses cheveux étaient coiffés en tresse avec une fleur blanche.
  • Si vous possédez une information utile à l'enquête, vous êtes invités à contacter la gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin.
  • Le numéro des enquêteurs : 04 76 37 00 17.
La photo de Maëlys, quelkques heures avant sa disparition, le samedi 26 août - Aucun(e)
La photo de Maëlys, quelkques heures avant sa disparition, le samedi 26 août -

À lire aussi

Le Pont-de-Beauvoisin, à la frontière entre Isère et Savoie - Radio France
Le Pont-de-Beauvoisin, à la frontière entre Isère et Savoie © Radio France - Denis Souilla