Faits divers – Justice DOSSIER : La disparition de Maëlys

Disparition de Maëlys : bientôt la fin des recherches opérationnelles sur le terrain

Par Virginie Salanson et Véronique Saviuc, France Bleu Besançon, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu mercredi 13 septembre 2017 à 17:15 Mis à jour le jeudi 14 septembre 2017 à 8:10

Les gendarmes sondent le lac d'Aiguebelette aiguillette quatre jours.
Les gendarmes sondent le lac d'Aiguebelette aiguillette quatre jours. © Maxppp -

Les recherches opérationnelles sur le terrain pour tenter de retrouver la petite Maëlys, disparue depuis le dimanche 27 août à Pont-de-Beauvoisin (38), devraient se terminer cette semaine, avec la fin de l'exploration du lac d'Aiguebelette (73), sondé depuis quatre jours.

MISE À JOUR - Jeudi 14 septembre, 8h09 : Les opérations de fouilles dans les gorges de Chailles et au lac d'Aiguebelette sont bien terminées ce jeudi matin. En revanche, le lac voisin de Romanieu devrait être à nouveau inspecté d'ici la fin de la semaine, vendredi ou lundi en fonction de la météo. Sur le terrain, les moyens de recherche restent importants : six patrouilles en voiture, dix gendarmes et douze membres de la cellule d'enquête restent mobilisés.

_______________________________________________________________________________

Ce mercredi matin encore, comme depuis quatre jours, des plongeurs de la gendarmerie ont été mobilisés pour sonder le lac d'Aiguebelette en Savoie avec l'aide de sonars. Ils ont été déposés en hélicoptère pour chercher, encore et encore, dans le moindre trou d'eau, une trace de la présence de Maëlys. La petite fille de neuf ans a disparu dans la nuit du samedi au dimanche 27 août dernier, à Pont-de-Beauvoisin, en Isère. C'est à une dizaine de kilomètres du lac d'Aiguebelette, à peine 20 minutes en voiture.

Ce lac, comme les Gorges de Chailles passées elles aussi au peigne fin, fait partie des lieux de prédilection du suspect mis en examen et placé en détention provisoire une semaine après la disparition de la petite fille.

Des explorations en fonction des habitudes du suspect

D'après une source proche de l'enquête, "une fois le lac d'Aiguebelette exploré, sans doute mercredi soir, l'ensemble des lieux intéressants en rapport avec les habitudes du suspect" auront été inspectés. Cette phase "devrait se terminer" ce mercredi soir, mais si ce n'était pas le cas, les gendarmes reprendront l'exploration une dernière journée, vendredi, la météo de la journée de jeudi s'annonçant trop mauvaise. Les recherches opérationnelles va donc prendre fin pour laisser place au temps judiciaire... et au bras de fer entre les juges d'instruction et le suspect.

Le bras de fer judiciaire

Celui-ci reste sur la même ligne depuis son interpellation et clame son innocence. Cet homme, âgé de 34 ans, avance toujours les mêmes justifications face aux éléments troublants qui ont alerté les enquêteurs.

Oui, il a parlé à Maëlys pendant la fête du mariage et cette dernière est montée dans sa voiture. Des traces ADN de la fillette ont été retrouvées sur le tableau de bord. Selon Maître Bernard Méraud, l'avocat du suspect, "il a déclaré que la fillette était entrée dans le véhicule avec un petit garçon, sur la banquette arrière, pour voir si ses chiens (ceux du suspect, ndlr) étaient dans le coffre". Or les traces ADN ont été retrouvée à l'avant du véhicule et les enquêteurs doutent aujourd'hui très fortement de l'existence même de ce "petit garçon".

Oui, il a quitté le mariage au moment de la disparition de Maëlys, mais c'était pour se changer car il s'était taché avec du vin. La mère du suspect confirme d'ailleurs qu'il est bien rentré à la maison (il habite chez ses parents), mais aucune trace de ce short taché n'a été trouvée lors des deux perquisitions effectuées au domicile de ses parents. Il aurait jeté ce short, trop abîmé, dans une poubelle a-t-il expliqué.

Enfin, oui il a nettoyé sa voiture le dimanche matin, mais "c'était pour la vendre" toujours selon Maître Méraud, son avocat. Élément troublant, selon nos informations, le nettoyage du coffre a été réalisé avec un produit fort, inhabituel pour nettoyer une voiture.

  - Radio France
© Radio France -

À lire aussi