Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Nordahl Lelandais

PHOTOS - Disparition de Maëlys : qui est l'homme mis en examen et en détention provisoire ?

lundi 4 septembre 2017 à 19:58 Par France Bleu, France Bleu Besançon, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Qui est l'homme au cœur de l'enquête liée à la disparition de Maëlys en Isère ? Il a 34 ans et était présent lors de la fête de mariage. Les enquêteurs ont mis en lumière des éléments troublants à son sujet. Il a été mis en examen et placé en détention provisoire dimanche soir.

L'homme de 34 ans habite chez ses parents à Domessin (Savoie) près du Pont-de-Beauvoisin (Isère)
L'homme de 34 ans habite chez ses parents à Domessin (Savoie) près du Pont-de-Beauvoisin (Isère) - (capture d'écran Facebook)

Domessin, France

L'homme au cœur de l'enquête liée à la disparition de Maëlys a été mis en examen dimanche 3 septembre pour "enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans" et placé en détention provisoire à la Maison d'arrêt de Grenoble-Varces. Il fait figure de principal suspect, une semaine après la disparition de la fillette de 9 ans, lors d'une fête de mariage au Pont-de-Beuavoisin (Isère).

Qui est-il ?

Il s'agit d'un homme de 34 ans. Il habite chez ses parents à Domessin (Savoie), tout près du Pont-de-Beauvoisin, la commune iséroise où Maëlys a disparu dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 août lors d'une fête de mariage. Il a au moins un frère et nie quelconque fait d'enlèvement ou de séquestration envers Maëlys.

Il n'est pas connu des services de police et de gendarmerie pour des faits d'agression sexuelle ou d'agression sur mineurs. Selon son avocat, son casier judiciaire porte mention d'une condamnation il y a plusieurs années qui n'a rien à voir avec les faits reprochés aujourd'hui ni avec un trafic de stupéfiants. Sur place, à Domessin, des riverains s'accordent à lui prêter quelques trafics (stupéfiants, pièces détachées de véhicules).

Il est passionné par les chiens et le dressage canin. Sur sa page Facebook (aujourd'hui fermée, ndlr), l'homme avait mis en ligne des dizaines de photos de pit bull, malinois ou rottweiller. Il y a quelques années, ce Savoyard a tenté de devenir éducateur canin. Il a même déposé les statuts d'une société à Chambéry mais cela n'avait pas abouti.

Ancien militaire, ancien maître-chien dans l'armée, c'était il y a une dizaine d'années. Il a notamment travaillé au camps de Suippes, dans la Marne.

  - Aucun(e)
- (capture d'écran Facebook)

Invité tardivement au mariage

Il ne figurerait pas à l'origine sur la liste des convives et été invité au vin d'honneur avant de revenir un peu plus tard dans la soirée à la fête du mariage. Il a été convié à la fête par le marié et serait un ami de fraîche date de ce dernier.

Il reconnaît avoir côtoyé la fillette durant le mariage. Cependant, le suspect ne reconnaît pas avoir eu un comportement particulièrement proche de la petite ce soir-là. Il reconnaît juste l'avoir croisée, "avoir échangé un mot avec elle, comme ont pu le faire les autres personnes qui étaient présentes à cette soirée, mais sans plus", selon son avocat.

  - Aucun(e)
- (capture d'écran Facebook)

Les éléments troublants de l'enquête

Une trace d'ADN de l'enfant de 9 ans a été retrouvée sur un élément du tableau de bord de la voiture, une Audi A3. Cela peut tout à fait être "un transfert d'ADN", selon l'avocat du suspect. La trace pourrait avoir été laissée par le suspect après un contact avec la petite fille.

La fillette est montée dans son véhicule. Selon Maître Bernard Méraud, son avocat, "il a déclaré que la fillette était entrée dans le véhicule avec un petit garçon, sur la banquette arrière, pour voir si ses chiens (ceux du suspect, ndlr) étaient dans le coffre", explique l'avocat. Les deux enfants seraient ensuite descendus de la voiture.

Il s'est absenté durant la soirée, s'est changé et a jeté son short. Il s'est précisément absenté à des "créneaux horaires pouvant correspondre à la disparition de Maëlys" selon le Parquet. Le suspect explique qu'il est allé se changer à son domicile, distant de quelques kilomètres, car il avait taché ses vêtements avec du vin. Son avocat ajoute : "Au moment où il s’est changé, il a constaté que ce short était relativement détérioré. Il s'est dit tout simplement que ce n'était pas utile et judicieux de le laver et indique l’avoir jeté", relate son avocat.

L'homme présentait des égratignures aux bras et au genoux. Il les justifiées en expliquant avoir jardiné au milieu des framboisiers. Elles remonteraient à "quelques jours avant le mariage", selon son avocat, suite à la taille des arbustes.

Il a lavé sa voiture. L'homme a expliqué que ce nettoyage le dimanche, au lendemain du mariage, avait pour but de vendre le véhicule. Le nettoyage n'avait pas permis aux enquêteurs de de relever une trace ADN dans un premier temps. Selon son avocat, Maître Bernard Méraud, les enquêteurs ont retrouvé un acquéreur intéressé par le véhicule, une Audi A3.

  - Aucun(e)
- (capture d'écran Facebook)

Déjà placé en garde à vue une première fois

Les gendarmes enquêteurs ont déjà interpellé ce suspect jeudi 31 août à 10h20 pour le mettre en garde à vue. Celle-ci a été reconduite le soir-même vers 21h30 pour une durée de vingt-quatre heures. Il avait ensuite été relâché, faute d'éléments probants.

Un ami du suspect, âgé lui aussi de 34 ans, avait été placé en garde à vue le vendredi 1er septembre afin de lever des incohérences d'emploi du temps.

La maison des parents de l'homme interpellé avait été perquisitionnée durant plusieurs heures dans la foulée de la première garde à vue. Son véhicule a également été fouillé. Des prélèvements ADN ont été effectués également dans son véhicule.

Photos en accès public sur la page Facebook du suspect*

  - Aucun(e)
- (Capture d'écran Facebook)
  - Aucun(e)
- (capture d'écran Facebook)
  - Aucun(e)
- (capture d'écran Facebook)
  - Aucun(e)
- (capture d'écran Facebook)
  - Aucun(e)
- (capture d'écran Facebook)
  - Aucun(e)
- (capture d'écran Facebook)

*La page Facebook de l'homme placé en détention a été fermée durant le week-end des 2 et 3 septembre

À lire aussi


Domessin (Savoie), tout près du Pont-de-Beauvoisin (Isère) - Radio France
Domessin (Savoie), tout près du Pont-de-Beauvoisin (Isère) © Radio France - Denis Souilla