Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Meurtre de Magali Blandin, de la disparition aux aveux du mari

Disparition de Magali Blandin à Montfort-sur-Meu: l'enquête révèle un contexte familial tendu

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Toujours aucune trace de Magali Blandin, disparue le jeudi 11 février à Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine). Un juge sera nommé ce lundi avec ouverture d'une information judiciaire. La quadragénaire, mère de quatre enfants, venait de se séparer de son conjoint, dans un climat de fortes tensions.

Malgré d'intenses recherches, la quadragénaire reste introuvable
Malgré d'intenses recherches, la quadragénaire reste introuvable - Photo fournie par la gendarmerie

Malgré une mobilisation importante des forces de gendarmerie depuis neuf jours, Magali Blandin reste introuvable. Cette mère de famille, âgée de 42 ans, a disparu le jeudi 11 février à Montfort-sur-Meu, à l'ouest de Rennes. Pour l'heure, les enquêteurs n'écartent aucune piste : chute lors d'une randonnée, disparition volontaire ou piste criminelle. Une vingtaine d'enquêteurs sont mobilisés sur cette affaire. 

Une séparation difficile, dans un contexte de violence 

Magali Blandin vivait depuis septembre dernier dans un appartement qu'elle avait pris seule à Montfort-sur-Meu, après avoir quitté le domicile familial de Montauban-de-Bretagne où ses quatre enfants âgés de 3 à 14 ans vivent avec leur père. 

Juste après cette séparation, "elle avait déposé plainte pour violences conjugales", indique le parquet de Rennes dans un communiqué, mais elle avait précisé à ce moment-là "qu'elle-même avait pu se montrer violente", indique encore le procureur Philippe Astruc. A la suite de cette plainte, son mari a été placé en garde à vue mais l'enquête a été classée sans suite, le 4 septembre. 

Dans le couple, des tensions restaient importantes, notamment sur les questions financières, et la gestion de la garde des enfants. Les gendarmes ont retrouvé la trace d'un mail qu'elle voulait envoyer à son ex-mari concernant l'organisation du week-end suivant sa disparition. La veille, elle avait eu une conversation téléphonique tendue avec ses deux ainés. 

Aucun élément à charge contre le mari après les premières investigations

Selon le parquet de Rennes, et compte-tenu du contexte de séparation difficile, _"_des vérifications ont été faites auprès du mari, mais elles n'ont révélé, en l'état, aucun élément l'associant à cette disparition ou laissant penser à sa présence à Montfort-sur-Meu au moment des faits". 

L'ex mari a par ailleurs déposé plainte ce vendredi 19 février pour le cambriolage de sa maison. Aucun objet n'a été dérobé, et selon les gendarmes, plusieurs habitations ont été visitées par des voleurs ces derniers jours. Les enquêteurs ne font donc pas de lien entre ce cambriolage et l'enquête sur la disparition de Magali Blandin. 

Le jour de sa disparition, Magali ne se rend pas à son rendez-vous chez le psychologue

Le jour de sa disparition, Magali Blandin avait rendez-vous chez un psychologue, mais elle n'y est pas allée. Les enquêteurs perdent sa trace jeudi dans la matinée, où son téléphone a été géolocalisé, près du cours d'eau Le Garun, dans le bocage. La quadragénaire était une habituée des randonnées. Ce jour-là, les chemins étaient encore enneigés. Ce n'est que le lendemain, le vendredi qu'une collègue de travail a signalé sa disparition, Magali n'était pas venue chercher ses enfants à la sortie de l'école alors qu'elle en avait la garde pour le week-end.

Ouverture d'une information judiciaire

Ce lundi 22 février, un juge sera nommé, avec ouverture d'une information judiciaire pour déterminer les causes de cette disparition, et poursuivre les investigations. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess