Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Disparition de Martine Escadeillas près de Toulouse en 1986 : le principal suspect reste en détention

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le principal suspect dans l'affaire de la disparition de Martine Escadeillas reste en détention. Joël B. avait été arrêté plus de 30 ans après les faits, en janvier 2019 et il est depuis incarcéré. L'avocat des proches de M. Escadeillas parle d'une "logique respectée et d'un soulagement".

Martine Escadeillas a disparu en 1986 à Ramonville
Martine Escadeillas a disparu en 1986 à Ramonville - archives

Le principal suspect dans l'affaire de la disparition de Martine Escadeillas reste en prison. Joël B. est en détention depuis un an et demi. Cet homme âgé de 56 ans est le principal suspect dans ce "cold case". Il avait demandé une remise en liberté pour être placé sous bracelet électronique et reprendre le travail, ce qui avait été refusé par le juge des libertés et de la détention (JLD). Le suspect contestait cette décision, mais la chambre de l'instruction a confirmé la décision du JLD. Fin janvier, la chambre d'instruction de la Cour d'appel avait déjà refusé de le libérer. 

Une affaire vieille de plus de 30 ans 

En décembre 1986, Martine Escadeillas disparaît à Ramonville, près de Toulouse. Son corps n'a jamais été retrouvé. 32 ans plus tard, en janvier 2019, l'affaire rebondit : Joël B. est arrêté en Isère. A-t-il tué Martine Escadeillas ? Lors de sa garde à vue, il reconnaît "une dispute violente" avec la victime le jour de sa mort, ajoutant qu'elle avait tenté de fuir et qu'il l'avait retrouvée morte en bas d'un escalier. Avant de se rétracter devant le juge d'instruction, assurant qu'on lui a arraché des aveux.  

Concernant la décision de la prolongation de la détention du suspect, l'avocat des proches de Martine Escadeillas, Me Frédéric David y voit une logique respectée. "On ne peut jamais être satisfait de la détention de quelqu'un mais pour mes clients c'est une logique qui est respectée et un soulagement car ils n'auraient pas compris que Joel B sorte. Ils l'auraient  pris comme quelque chose d'incompréhensible Cela va permettre aux enquêteurs de finaliser un certain nombre d'investigations", dit l'avocat au micro de France Bleu Occitanie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess