Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki à Besançon

Disparition de Narumi à Besançon : la France demande au Chili l'extradition du principal suspect

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Le Procureur de la République de Besançon doit s'exprimer ce jeudi dans l'affaire de la disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki à Besançon fin 2016 : la France adresse au Chili une demande d'extradition du principal suspect, l'ex-petit ami de la victime.

Nicolas Zepeda, le principal suspect dans l'affaire Narumi.
Nicolas Zepeda, le principal suspect dans l'affaire Narumi. © AFP - Martin Bernetti

Besançon, France

Le procureur de la République de Besançon doit s'exprimer ce jeudi matin dans l'affaire Narumi Kurosaki, du nom de cette étudiante japonaise disparue à Besançon en décembre 2016. Il doit faire le point sur la demande d'extradition formulée par la France au Chili concernant le principal suspect et ex-petit ami de la victime, Nicolas Zepeda-Contreras. 

Une réponse du Chili dans les trois mois

"La demande d'extradition a ététransmise au parquet général de Besançon", a expliqué le Procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux cette semaine. La demande devait ensuite être envoyée à la Chancellerie mardi, avant de transiter par le ministère français des Affaires Etrangères, qui doit la formaliser auprès des autorités chiliennes. La Cour suprême du Chili aura alors trois mois maximum pour donner une réponse.

Un procès, avec ou sans accusé

Si cette demande d'extradition est acceptée, Nicolas Zepeda pourra être jugé en France. Si elle est refusée par les autorités chiliennes, un procès se tiendra tout de même à Besançon dès 2020, en l'absence d'accusé. En cas de condamnation, elle serait alors rendue par contumace.

Le corps toujours introuvable

Nicolas Zepeda a été auditionné au Chili au mois d'avril à propos de cette affaire, en présence d'une délégation franc-comtoise. Le jeune suspect a choisi de garder le silence face aux 95 questions précises des magistrats et enquêteurs français. Il est l'unique suspect dans la disparition de son ex-petit amie, avec qui il a dîné et passé la soirée la veille de la disparition. Depuis cette nuit du 4 au 5 décembre 2016, le corps de la jeune femme de 21 ans n'a jamais été retrouvé.

Choix de la station

France Bleu