Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Disparition du sous-marin Minerve : "Ça a beaucoup fait parler au chantier"

-
Par , , France Bleu Loire Océan, France Bleu

C'est aux chantiers Dubigeon, quartier Chantenay à Nantes, qu'a été construit le sous-marin Minerve, une dizaine d'années avant sa disparition au large de Toulon. Un des ouvriers nous raconte ses souvenirs. Témoignage.

Nantes, France

Louis Flahaut fait partie des centaines d'ouvriers qui ont construit le sous-marin Minerve, aux chantiers Dubigeon, à Nantes, une dizaine d'années avant sa disparition au large de Toulon avec 52 marins à son bord. À l'époque, il avait 33 ans. Et plus d'un demi-siècle plus tard, il nous a confié ses souvenirs, ému que l'épave ait été retrouvée.

"Ils vont pouvoir faire leur deuil"

"On m'a même dit : tu as travaillé sur la brèche du bateau, c'est peut-être ta faute s'il a coulé" 

Trois classeurs soigneusement posés sur la table de son salon, l'ancien ajusteur de 91 ans n'a rien oublié de cette disparition, au large de Toulon. "On en a tellement parlé, aux chantiers, au moment du naufrage, se souvient Louis Flahaut. On m'a même dit : tu as travaillé sur la brèche du bateau, c'est peut-être ta faute s'il a coulé (rires). Mais non, ce n'est pas possible qu'il coule comme ça." Les ouvriers en ont beaucoup discuté. Des jours entiers. Et puis ils ont fini par faire leur deuil. "À partir du moment où toutes les questions qu'on s'est posées, on n'a pas pu les résoudre, on a été obligés d'oublier. On ne peut pas vivre avec ça". 

Ce lundi, c'est aux familles des marins qu'il pense : "Ils vont pouvoir faire leur deuil. Ils savent enfin où se trouvent les corps des membres de leur famille. C'est à eux qu'il faut penser. Autrement, le sous-marin, il est au fond de l'eau. C'est arrivé à d'autres !"

Choix de la station

France Bleu