Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Nordahl Lelandais

Disparue à Bassens en Savoie, Lucie Roux a croisé la route de Nordahl Lelandais

lundi 23 avril 2018 à 17:42 Par Nelly Assénat, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

C'est une nouvelle affaire de disparition non résolue où le nom de Nordahl Lelandais apparaît. Lucie Roux disparaît en 2012 à Bassens en Savoie. L'avocat de sa famille demande de nouvelles investigations après avoir recueilli des témoignages troublants ces derniers jours.

La mère de Lucie Roux et son avocat, Me Saint-André
La mère de Lucie Roux et son avocat, Me Saint-André © Maxppp -

Bassens, France

Nordahl Lelandais et Lucie Roux, 43 ans, disparue en septembre 2012 près de Chambéry, ont fréquenté un temps le même établissement psychiatrique de Bassens en Savoie, au même moment, selon l’avocat de la famille Roux. Maître Christian Saint-André demande de nouvelles investigations après avoir recueilli des témoignages ces derniers jours.

Depuis décembre dernier, l'avocat de la famille Roux a déterminé que fin 2012 à début 2013  Nordahl Lelandais avait été hospitalisé dans le même hôpital dans le même service que Lucie Roux. Ces derniers jours, maître Christian Saint-André a recueilli des témoignages qui précisent encore les  possibles contacts entre Lucie Roux et Nordahl Lelandais.

"Une patiente se souvient très bien de repas passés au centre hospitalier avec à la même table, Nordahl Lelandais et Lucie Roux" — Christian Saint-André, avocat

"Les témoignages que j’ai pu recueillir proviennent d’une personne qui connaissait très bien Lucie Roux et qui connaissait d’autres patientes au même centre hospitalier", explique maître Saint-André à franceinfo. "Cette personne a recueilli des confidences d’une autre patiente qui se souvient très bien, selon elle, de repas passés au centre hospitalier avec à la même table, Nordahl Lelandais et Lucie Roux". 

Des éléments "importants" transmis à la justice

L'avocat a "immédiatement" transmis ces "éléments importants" au procureur de la République de Chambéry et s’en remet "à tous les services de justice spécialisés dans le dossier Nordahl Lelandais pour _faire les vérifications qui s’imposent_".

Lucie Leroux, 43 ans, vivait dans un appartement thérapeutique de l'hôpital psychiatrique de Bassens en banlieue de Chambéry en Savoie. Elle s'est volatilisée le 16 septembre 2012 en laissant toutes ses affaires sur place, dont son téléphone et sa carte bleue. Son corps n'a jamais été retrouvé. À l'époque, la famille pense à un enlèvement puis à un possible suicide.  

"Pour une famille se dire que sa fille a peut-être croisé la route de Nordahl Lelandais est source d’inquiétude" — Christian Saint-André, avocat

Aujourd'hui, avec la piste Lelandais,  "c’est une information qui est un peu à double tranchant", reconnaît l'avocat. "La famille est évidemment très heureuse de constater qu’il y a des éléments nouveaux qui apparaissent dans ce dossier et cela permet d’éviter que le dossier soit définitivement classé dans un tiroir de la justice, mais pour une famille se dire que sa fille a peut-être croisé la route de Nordahl Lelandais est source d’inquiétude", a ajouté maître Christian Saint-André.

Trois colocataires de Lucie Roux dans son appartement thérapeutique n'ont jamais été entendus par les enquêteurs. L'avocat qui a retrouvé leurs noms leurs  traces demande par exemple qu'eux aussi soient aussi entendus aujourd'hui.

Une quinzaine de dossiers de disparitions ont été rouverts ces dernières semaines - la plupart dans la région Auvergne-Rhône-Alpes - pour vérifier qu'ils ne sont pas liés à l'ancien maître-chien, mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys et l'assassinat du caporal Arthur Noyer.