Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Disparue du Tarn : à Cagnac-les-Mines, l'attente pesante d'un dénouement qui ne vient pas

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Sans nouvelles ni traces de Delphine Jubillar depuis plus de dix jours, les habitants de Cagnac-les-Mines subissent une attente pesante, entre espoir et inquiétude. La commune vit au rythme des investigations pour retrouver l'infirmière de 33 ans disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre.

La commune de Cagnac-les-Mines toujours bousculée et angoissée par la disparition de Delphine Jubillar
La commune de Cagnac-les-Mines toujours bousculée et angoissée par la disparition de Delphine Jubillar © Radio France - Flore Catala

Plus de dix jours après la disparition de Delphine Jubillar, l'ambiance est pesante à Cagnac-les-Mines. Sans aucune trace, sans aucun signe de l'infirmière de 33 ans depuis la nuit du 15 au 16 décembre, les espoirs des habitants de la commune s'amenuisent, et la longue attente d'un dénouement devient de plus en plus difficile à gérer.

Retour au calme

Dans la commune, les investigations se poursuivent. Même en période de fêtes de fin d'année, les gendarmes continuent le porte-à-porte et les fouilles. Mais l'effervescence des premiers jours de recherches est passée : après la forte mobilisation lors de la battue citoyenne organisée ce mercredi 23 décembre, les habitants sont dans l'attente, entre espoir et inquiétude.

"Tous les jours je me dis : pourvu qu'on la retrouve !" s'exclame Monique, qui habite à quelques rues de la maison du couple Jubillar. Depuis quelques jours le calme est revenu dans son quartier, mais les questions ne cessent de tourner dans sa tête : "on ne sait pas où elle est, on se demande ce qu'il s'est passé, et ça fait de la peine"

Depuis la disparition de la jeune femme, le village s'est calé sur le rythme de l'enquête : très animé lors de la battue citoyenne et de la perquisition du domicile de la disparue le lendemain, puis très calme durant les fêtes de fin d'année, quand les investigations sont devenues moins intenses. "La pression est retombée" remarque un habitant. "Alors on attend, on attend. Mais je crains que la fin de tout ça ne soit pas heureuse"

Des inquiétudes et des peurs à gérer

Avec l'impatience d'un dénouement, il y a aussi de l'inquiétude. Certains habitants, effrayés par la piste d'une mauvaise rencontre, changent leurs habitudes, comme Serge : "On s'est mis à fermer à clé la maison, alors qu'on ne le faisait pas avant. Ça commence à devenir pesant, très pesant".  

Alors pour faire face et aider les habitants à gérer la situation, la mairie de Cagnac-les Mines envisage de mettre en place, s'il le faut, une cellule psychologique dans le village. "Peut-être que des gens en auront besoin" explique Patrice Norkowski, le maire de la commune. "C'est un peu traumatisant toute cette situation, et puis quand on rentre chez vous, qu'on mène une enquête, qu'on vous pose des questions. Les gens ne sont pas habitués"

Pour le moment, les gendarmes poursuivent leurs investigations protocolaires pour retrouver la trace de Delphine Jubillar. La maison du couple est toujours vide et placée sous scellé, en attendant les résultats des analyses de la perquisition.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess