Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Disparue du Tarn : "J'espère qu'au moins elle a fait une bise aux enfants", témoigne sa voisine

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Une semaine après la disparition de Delphine Jubillar, sa voisine témoigne au micro de France Bleu Occitanie. Olga vit dans la maison d'à côté, rue Yves Montand. Elle raconte l'absence de Delphine, jeune infirmière de 33 ans disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre.

La maison de la famille Jubillar, à Cagnac-Les-Mines
La maison de la famille Jubillar, à Cagnac-Les-Mines © Radio France - Pascale Boucherie

À Cagnac-Les-Mines, les deux maisons sont voisines dans la rue Yves Montand. Olga, coiffeuse retraitée âgée de 69 ans, ne sort plus depuis la disparition de Delphine Jubillar. L'infirmière de 33 ans aurait quitté son domicile dans la nuit du 15 au 16 décembre, ses proches n'ont plus de nouvelles depuis. Le parquet de Toulouse a ouvert une information judiciaire pour enlèvement, détention ou séquestration pendant plus de sept jours.

"Je n'arrive pas à comprendre, je ne sais pas. Comment elle a pu partir ? J'espère qu'au moins elle a fait une bise aux enfants. Mais je ne sais pas. En tant que maman, en tant que mamie, on voudrait savoir le plus tôt possible parce que Delphine manque beaucoup dans le coin", se confie Olga, des nœuds serrés dans la gorge.

Pour elle, Delphine était une "maman présente pour les enfants, un papa aussi puisqu'on les voyait tout le temps passer ensemble, avec les chiens. Quand il y avait Cédric, il y avait les chiens. Mais Delphine ne passait jamais toute seule avec les chiens. Là-dessus, je suis formelle." Le mari aurait expliqué que la jeune femme était partie dans la nuit avec les chiens.

Depuis le jour de la disparition, les journées et les nuits sont longues, sans sommeil pour Olga. Elle "rumine" comme elle dit, s'interroge sur sa voisine, se demande si elle allait bien, si elle avait des soucis : "Peut-être intérieurement, on ne sait pas. J'ai rencontré des gens comme ça, on croyait qu'ils étaient bien, ils n'étaient pas bien. Mais ça, on ne peut pas savoir. Mais Olga veut se tenir à l'abri des ragots, des supputations peu ou prou fumeuses sur le couple.

Elle a toujours une pensée pour cette famille qui souffre, ces enfants qui espèrent le retour de leur mère : "La première des choses que j'ai demandée à Cédric quand je l'ai vu, le lendemain : 'Cédric, est-ce que les enfants vont bien ?' Je lui ai dit 'Tu feras de gros bisous aux enfants', voilà c'est tout."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess