Faits divers – Justice

Disparues de la gare de Perpignan : Jacques Rançon revient sur ses aveux

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon mardi 10 mars 2015 à 8:37

Jacques Rançon a reconnu le viol et l'assassinat de Mokhtaria Chaïb.
Jacques Rançon a reconnu le viol et l'assassinat de Mokhtaria Chaïb. © MaxPPP

Le meurtrier présumé de Mokhtaria Chaîb en 1997, une des disparues de la gare de Perpignan, arrêté et mis en examen à l'automne dernier est revenu sur ses aveux, il affirme aujourd'hui n'avoir rien à voir avec le meurtre de cette jeune femme de 19 ans et avoir subi des pressions pendant sa garde à vue.

Jacques Rançon, arrêté et mis en examen à l'automne dernier à Perpignan pour l'assassinat de Mokhtaria Chaïb en 1997 près de la gare de Perpignan, est revenu sur ses aveux la semaine dernière dans le bureau du juge d'instruction. Il affirme aujourd'hui qu'il n'a rien à voir avec cet assassinat.

"Il affirme avoir tout inventé en s'inspirant de la presse."

Son avocat maître Capelet :"Aujourd'hui il dit qu'il a subi des pressions lors des temps de repos pendant sa garde à vue , c'est la raison pour laquelle il est passé aux aveux, il explique que ses aveux sont une invention, ce sont des éléments qu'il aurait recueilli au cours des différents reportages sur cette affaire, il ne reconnait donc plus le meurtre et les différentes mutilations sur Mokhtaria Chäib."

"Il ne sait plus trop comment se défendre."

"Je n'ai pas à porter de jugement sur ce que peut dire mon client, ce que je peux dire c'est qu'il est à l'isolement depuis 5 mois, il est seul, il ne dialogue avec personne et cet isolement commence à lui peser sur le plan psychologique et c'est peut-être une des raisons pour laquelle il ne sait plus trop comment se défendre."

l'ADN de Jacques Rançon a été retrouvé sur les chaussures de Mokhtaria Chaïb, l'homme  donne une explication : il aurait croisé le chemin de la jeune femme qui aurait trébuché et perdu sa chaussure, il l'aurait ramassée pour la lui rendre.

Maitre Xavier Capelet / aveux

A lire aussi : > Notre dossier sur les disparues de la gare de Perpignan

Partager sur :