Faits divers – Justice

Disparues de la gare de Perpignan : le procès aura lieu en mars 2018

Par Mathieu Ferri, France Bleu Roussillon et France Bleu jeudi 18 mai 2017 à 17:04

La gare de Perpignan (illustration)
La gare de Perpignan (illustration) © Maxppp - Philippe Rouah

Jacques Rançon sera jugé du 5 au 30 mars 2018. Le tueur présumé de la gare de Perpignan est accusé de deux assassinats, d'une tentative d'assassinat et d'une tentative de viol à la fin des années 1990.

Une date a enfin été fixée pour le procès du tueur présumé de la gare de Perpignan. L'homme qui a reconnu les assassinats de Mokhtaria Chaïb et Marie-Hélène Gonzales, en 1997 et 1998, sera donc jugé par la cour d'assises des Pyrénées-Orientales du 5 au 30 mars 2018.

Jacques Rançon, ancien cariste-magasinier d'une cinquantaine d'années au lourd passé de délinquant sexuel, avait été confondu en 2014 par son ADN. Ce natif d'Amiens est poursuivi pour les assassinats de deux jeunes femmes.

Il a avoué avoir tué Mokhtaria Chaïb, retrouvée atrocement mutilée le 21 décembre 1997 dans le quartier de la gare. Il a aussi reconnu le viol et l'assassinat de Marie-Hélène Gonzales, 22 ans, dont le corps avait été retrouvé fin juin 1998, dans des conditions similaires.

Deux assassinats, mais aussi deux tentatives

Le suspect devra aussi répondre d'une tentative d'assassinat ayant eu lieu le 9 mai 1998, également à Perpignan : une jeune femme alors âgée de 19 ans avait reçu plusieurs coups de couteau au ventre, manquant de peu d'être égorgée avant de réussir à échapper à son agresseur.

Il a également été mis en examen plus récemment pour une tentative de viol le 10 septembre 1997, au lendemain de son arrivée à Perpignan. Selon l'accusation, Jacques Rançon aurait tenté de violer une jeune fille, alors qu'il venait de s'installer dans un petit hôtel du quartier de la gare de Perpignan. Il venait alors de sortir de la prison d'Amiens où il avait passé cinq ans derrière les barreaux pour le viol d'une jeune femme.