Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Disparus de Boutiers : le mystère reste entier 45 ans après

mercredi 20 décembre 2017 à 18:10 Par Pierre Marsat et Typhaine Morin, France Bleu La Rochelle

La famille Méchinaud a disparu il y a 45 ans. Le 24 décembre 1972, après un réveillon passé chez des amis à Cognac, Jacques, Pierrette et leurs deux enfants disparaissent dans la nuit. De nouvelles fouilles effectuées en 2012 n'ont rien donné. Aujourd'hui, le mystère reste entier.

Pierrette et Jacques Méchinaud avec leurs deux enfants, 7 et 4 ans
Pierrette et Jacques Méchinaud avec leurs deux enfants, 7 et 4 ans © Maxppp -

Boutiers-Saint-Trojan, France

Le soir du 24 décembre 1972, Jacques Méchinaud, ouvrier chez Saint-Gobain, sa femme Pierrette et leurs deux enfants réveillonnent chez un couple d'amis. La famille, qui réside à Boutiers, près de Cognac, en Charente, s'y rend en voiture, à bord de leur Simca 1100 couleur grenat. Ils repartent de chez leurs amis vers 1h du matin et disparaissent. Comme s'ils s'étaient volatilisés dans la nuit. 

Toutes ces années, des hypothèses émergent. Suicide collectif ? Fugue collective ? Fuite du père de famille après avoir éliminé sa femme et ses deux enfants ? Les enquêteurs sont sûrs d'une chose : après la soirée passée chez les Fontanilla, "la famille Méchinaud n'est pas repassée à son domicile, expliquait un gendarme en 1973. Les jouets qui devaient être distribués aux deux enfants sont restés dans la pièce où ils avaient été déposés par leurs parents avant leur départ." Les Méchinaud ont disparu sans argent, sans vêtements de rechange et sans le livret de famille, ce qui laisse croire à un suicide collectif.

Si Pierrette ne veut pas revenir, je fais disparaître tout le monde et vous nous retrouverez jamais" - Jacques Méchinaud

Car Jacques Méchinaud avait prévenu son frère, Jean-Paul. "J'ai vu mon frère lorsque son couple n'allait pas très bien, a confié  l'homme à France Bleu La Rochelle. Il m'avait dit : 'si Pierrette ne veut pas revenir, je fais disparaître tout le monde et vous nous retrouverez jamais'. Ils n'étaient pas séparés mais elle avait un amant, et lui, il ne l'a pas supporté.

Autre hypothèse émise à l'époque par un autre gendarme : "il se pourrait très bien que ce monsieur ait organisé une fuite provisoire pour se mettre à l'écart de son village, des relations qu'il avait, et pour organiser une nouvelle vie."

Nouvelles fouilles, pas de corps

Disparus ou morts, aucun corps n'a en tout cas été retrouvé. Les recherches se sont multipliées, en vain. La Charente a été sondée, les étangs de Gondeville aussi, avec les techniques de l'époque. En novembre 2011, de nouveaux moyens sont déployés, des radars, pour sonder une nouvelle fois la Charente. Mais le fleuve reste muet. 

Un peu plus tard, en octobre 2012, des ossements sont découverts par un cueilleur de champignons dans la forêt de Matha, à Courcerac. Il s'agissait des ossements d'un homme et des fragments du crâne d'un enfant, des restes vieux de 40 ans. Après comparaison ADN, ces os ne correspondent pas à ceux des Méchinaud. 

Aujourd'hui, 45 ans plus tard, "rien de nouveau", indique le procureur de la République d'Angoulême. Sur l'extrait d'état-civil de Jacques Méchinaud, sa date de naissance est inscrite : 8 juin 1941. Il aurait 76 ans. Sa date de décès est restée vierge.