Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Disparus de l'Ariège : les suspects avaient prémédité l'assassinat du père, pas celui de la fille

mercredi 13 juin 2018 à 14:21 Par Guillaume Farriol, France Bleu Occitanie et France Bleu

Les deux personnes interpellées lundi ont été déférées ce mercredi à Toulouse devant un juge pour le meurtre de Christophe Orsaz et de sa fille Célia. Le procureur de la République de Toulouse est revenu sur le guet-apens tendu aux victimes. Le crime a été prémédité selon les enquêteurs.

Christophe Orsaz et sa fille Célia avaient disparu en novembre 2017
Christophe Orsaz et sa fille Célia avaient disparu en novembre 2017 - Gendarmerie

Ariège, France

Le procureur de la République de Toulouse, Pierre-Yves Couilleau a donné de nombreuses précisions sur le guet-apens tendu à Christophe Orsaz et sa fille en novembre 2017. Un récit basé sur les aveux des deux suspects qui laissent peu de place au doute : ce double meurtre a été en partie prémédité. 

Le déroulé des faits

Nous sommes le 30 novembre 2017, Christophe Orsaz arrive à ce qu'il pense être un rendez-vous professionnel à Bélesta, en Ariège. Il est accompagné de sa fille qu'il doit ensuite déposer à la gare de Pamiers. Mais arrivé sur place, Christophe Orsaz découvre son ex-compagne, une infirmière, et un autre homme, un garagiste, armés de barres de fer. Il est mortellement battu sous les yeux de sa fille Célia. Elle assiste à la scène impuissante. Après avoir tué son père, les suspects ligotent et bâillonnent la jeune femme de 18 ans. 

À LIRE - Disparus de l'Ariège : les corps de Christophe Orsaz et de sa fille retrouvés

Ils embarquent alors à bord de leur propre voiture et de celle de Christophe Orsaz et se rendent à la forêt de Picaussel, à la frontière entre l'Ariège et l'Aude. C'est là que Célia est abattue d'une balle de fusil en pleine tête à bout portant. Les suspects se débarrassent alors des deux corps : le cadavre de Célia est enterré dans la forêt, celui de Christophe Orsaz dissimulé dans la fosse sceptique d'une maison abandonnée.

La forêt de Picaussel se trouve entre l'Aude et l'Ariège. - Aucun(e)
La forêt de Picaussel se trouve entre l'Aude et l'Ariège. - Googler Maps

Un guet-apens bien préparé

Le procureur de la République de Toulouse a précisé que les suspects ont présenté deux versions : dans la première, ils assurent qu'ils envisageaient seulement "de donner une correction" à Christophe Orsaz, affirmant alors n'avoir "aucune intention homicide".  En revanche, dans une seconde version, ils ont expliqué avoir imaginé "un projet criminel dès octobre 2017" en effectuant un repérage des lieux, notamment en mesurant le taille de la fosse septique, dans laquelle le corps de Christophe Orsaz a été retrouvé, pour s'assurer que le cadavre puisse y entrer. Les deux suspects avaient également minutieusement préparé le matériel nécessaire à leur crime, notamment en achetant des bracelets "serflex" pour ligoter leur victime.

Le crime était prémédité - les explications de Pierre-Yves Couilleau, procureur de Toulouse

Ils ont été déféré ce mercredi en vue d'être mis en examen. En ce qui concerne le meurtre de Christophe Orsaz, le chef d'accusation "d'assassinat" qui induit une préméditation est retenu. En revanche, pour le meurtre de Célia, la préméditation est exclue. Selon le procureur de Toulouse, les deux suspects n'avaient pas prévu qu'elle soit là.

Sur le mobile de ce double meurtre, aucune précision n'a été donnée par le procureur : "A l'heure actuelle, de nombreuses questions doivent trouver une réponse, le mobile reste à cerner"