Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dix mois de prison avec sursis pour le vigneron qui avait menacé un policier avec un sécateur

lundi 4 septembre 2017 à 15:28 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault et France Bleu

Le tribunal correctionnel de Montpellier a reconnu la culpabilité de Jacques Teissedre, viticulteur retraité basé à Saint Mathieu de Tréviers. En mars, il avait menacé un policier avec un sécateur électrique lors d'un banal contrôle de la MSA dans l'exploitation de son fils.

Le viticulteur encourrait six mois de prison ferme.
Le viticulteur encourrait six mois de prison ferme. © Maxppp -

Montpellier, France

Le tribunal a condamné Jacques Teissedre à 10 mois de prison avec sursis et 2000 euros d'amende pour «violences aggravées». En mars, le viticulteur de 73 ans avait pris peur en voyant arriver sur l'exploitation de son fils cinq agents (MSA, inspection du travail et police aux frontières) venus effectuer un contrôle administratif.

L'agriculteur avait alors insulté et menacé les agents avec un sécateur électrique, contraignant un des policiers a sortir son arme sans que personne ne soit blessé.

A lire : Un agriculteur jugé pour avoir menacé un agent de la MSA à Saint Mathieu de Tréviers

Viticulteurs et policiers en colère

Lors de l'audience au tribunal correctionnel de Montpellier, en juillet, 80 viticulteurs de l'Hérault étaient venus soutenir Jacques Teissedre et exprimer leur colère face aux contrôles qu'ils jugent parfois «dénués de sens».

Du côté des parties civiles, une peine exemplaire était espérée pour dénoncer la banalisation des violences lors des contrôles. Les parties civiles ont obtenu un total de près de 10 000 euros de dommages et intérêts.