Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Dix prévenus jugés pour trafic de stupéfiants à Brest

C'est un procès qui doit durer trois jours : dix prévenus sont jugés pour trafic de stupéfiants. Ils sont soupçonnés d'avoir stocké et vendu du cannabis dans la région de Brest de janvier 2017 à mars 2018.

Dix prévenus comparaissent pour trafic de drogues au tribunal de Brest
Dix prévenus comparaissent pour trafic de drogues au tribunal de Brest © Maxppp - JEROME FOUQUET/OUEST FRANCE

Brest, France

Leur procès doit durer jusqu'à vendredi. 10 prévenus sont jugés notamment pour détention et transports de produits stupéfiants entre janvier 2017 et mars 2018. La plupart reconnaissent avoir stocké de l'argent ou du cannabis dans le cadre de ce trafic. Un onzième prévenu sera finalement jugé à part suite à un vice de procédure. 

Un an d'enquête

C'est grâce à un informateur que la police judiciaire est alertée au sujet d'un trafic de cannabis dans le pays de Brest, en mars 2017. L'enquête permet d'identifier un premier suspect. Il possède deux voitures volées, stockées dans un box à Lesneven. Lors d'une première perquisition, les policiers découvrent dans ces véhicules 3,7 kilos de cannabis, un fusil mitrailleur de calibre 9mm et 168 cartouches.

Une information judiciaire est ouverte en juillet 2017. Plusieurs suspects sont placés sur écoute par le biais de leurs téléphones et de leurs voitures. Les déplacements répétés et identiques de plusieurs protagonistes entre Brest, Quimper et Paris notamment leur permettent d'établir des liens. Des filatures sont organisées, pour retrouver la trace des différents membres du réseau. L'un des principaux transporteurs d'argent notamment est suivi, car c'est lui qui est chargé de récupérer les sommes auprès de petits collecteurs pour les stocker chez lui avant de les transmettre. 

En janvier 2018, six personnes sont interpellées. Au cours des perquisitions, sont retrouvés 63.000 euros en liquide sont retrouvés chez l'une d'elle, 34.820 euros cachés derrière les enceintes dans une voiture ou encore 15 kilos de cannabis au domicile d'un des suspects. Quatre autres interpellations ont lieu en février et mars.

Des profils variés

Trois des prévenus ont déjà été condamnés pour des faits similaires. A la barre, leurs témoignages se succèdent sans se ressembler. Avant leurs interpellations, plusieurs étaient en CDI, d'autres en formation professionnelle ou en intérim, avec des salaires allant jusqu'à 1.500 euros. Dans le cadre du trafic, certains sont rémunérés avec une partie du cannabis, pour leur consommation personnelle ou la revente. D'autres disent avoir récupéré "un billet de 100 ou 200 euros" à chaque livraison d'argent. "Ça me rapportait de 1.000 à 1.200 euros par mois", précise un des prévenus.

Difficile pour le tribunal de savoir qui organise les livraisons d'argent ou de stupéfiants : les prévenus ne connaissent pas ou ne veulent pas indiquer qui organise les points de rencontre. "Cela _se faisait par téléphone crypté_, ou par le biais de plusieurs personnes qui faisaient le relais", assure un prévenu. D'autres nient par ailleurs catégoriquement être impliqués dans ce trafic. Le procès doit s'achever vendredi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu