Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Massonnaud, le père de la victime accepte de parler alors que le procès est en cours à Bordeaux

-
Par , , France Bleu Poitou, France Bleu

Toute cette semaine se déroule à Bordeaux devant la cour d'assises de Gironde, le procès d'un policier poitevin, accusé de coups mortels sur un fugitif à Poitiers en août 2007. François Massonnaud, le père de la victime accepte de s'exprimer.

Le procès du policier poitevin se déroule toute cette semaine devant la cour d'assises de Gironde à Bordeaux
Le procès du policier poitevin se déroule toute cette semaine devant la cour d'assises de Gironde à Bordeaux © Radio France - Fabien Randrianarisoa

Poitiers, France

François Massonnaud se bat depuis des années pour que ce procès ait lieu. L'été 2007, son fils décède à Poitiers.  En août 2007, la police est appelée pour une scène de ménage. La victime, totalement ivre, agite un couteau, s'en prend à sa petite amie, puis s'enfuit à l'arrivée des policiers. Ces derniers bouclent le quartier jusqu'à ce que le forcené soit localisé. L'homme surgit le bras tendu en hurlant vers un policier, un collègue de ce dernier crie "bouge pas" à deux reprises et tire un seul coup de feu. Le forcené meurt.  Coups mortels ou légitime défense, la justice aura mis dix ans avant de trancher et renvoyer ce policier devant la justice. 

"Ce délai de 12 ans est absolument abominable ", déplore le père de la victime

Aujourd'hui François Massonnaud accepte de s'exprimer depuis l'ouverture du procès : " Ce délai de 12 ans est absolument abominable, la procédure a traîné et ce n'est pas dû au hasard ", déplore notamment le père de la victime.  La suite est à découvrir dans cet interview :

Le père de la victime accepte de s'exprime dans un média depuis l'ouverture du procès

Ce mercredi, plusieurs policiers ont défilé à la barre pour témoigner. Compte rendu d'audience en cliquant ici 

Le procès doit durer jusqu' à ce vendredi devant la cour d'assises de Gironde. 

Choix de la station

France Bleu