Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Faits divers – Justice

Doigts d’honneur à un radar : le conducteur de Régny relaxé par le tribunal de Roanne

mardi 24 avril 2018 à 18:01 Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Il avait été flashé deux fois le même jour, en faisant un doigt d’honneur au radar : le tribunal de Roanne (Loire) a relaxé ce conducteur de Régny. En revanche, il écope d'une amende pour avoir maquillé sa plaque le même jour.

..
.. © Maxppp - Jean-Baptiste Quentin

Roanne, France

Il risquait quatre mois de prison ferme, finalement, ce mardi, le tribunal correctionnel de Roanne (Loire) a relaxé ce conducteur poursuivi pour outrage à une personne chargée d'une mission de service public. Conséquence de doigts d'honneur immortalisés le 22 mai 2015 par les radars de Saint-Forgeux-Lespinasse dans le Roannais, puis de Bessay-sur-Allier, plus au nord sur la RN7. 

Le parquet de Rennes, où toutes les infractions automatiques sont gérées par le Centre national de traitement des infractions routières, avait demandé au parquet de Roanne de poursuivre  ce conducteur habitant Régny.

Doigts d'honneur destinés à... sa femme 

À l'audience, le 3 avril, il a expliqué que les doigts n'étaient pas destinés aux radars mais à sa femme avec qui il se disputait à bord.  Son avocat avait plaidé la relaxe pour un autre motif. Maître Jamel Mallem arguant de la difficulté d'outrager une machine "sinon, il faudra poursuivre tous ceux qui tirent la langue aux caméras de surveillance". La décision du tribunal roannais sur la poursuite pour outrage satisfait l'avocat, il estime que "le magistrat a jugé avec sagesse".

En revanche, le conducteur régnycois écope de 200 euros d'amende pour avoir maquillé sa plaque le même jour ainsi que six mois de prison, dont deux ferme, pour avoir roulé en état d'ivresse en août 2017, à Pradines. Comportement qui lui a valu une obligation de soins et l'annulation de son permis avec interdiction de le repasser pendant six mois.