Faits divers – Justice

Dole : un homme soupçonné de liens avec le djihadiste Rachid Kassim arrêté

Par Olivia Chandioux, France Bleu Besançon samedi 17 septembre 2016 à 20:51

L'interpellation a eu lieu à Dole dans le Jura, vendredi matin.
L'interpellation a eu lieu à Dole dans le Jura, vendredi matin. © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Vendredi matin, un homme est interpellé à Dole dans le Jura par la brigade anti-terroriste de Paris. Samedi, un autre est arrêté à Roanne dans la Loire. Les deux hommes sont soupçonnés d'être liés au djihadiste français du groupe Etat islamique Rachid Kassim.

Les deux arrestations se sont suivies : l'une à Dole dans le Jura vendredi matin, l'autre à Roanne dans la Loire samedi. Et pour cause. Les deux hommes interpellés sont soupçonnés de liens avec le djihadiste français du groupe Etat islamique Rachid Kassim. Ce dernier considéré actuellement comme l'un des propagandistes francophones les plus dangereux de l'EI, est soupçonné de téléguider des attentats en France depuis la zone irako-syrienne.

C'était comme à la télévision" - un témoin de l'arrestation

Vendredi matin à Dole, l'opération est menée par la brigade anti-terroriste de Paris. Les policiers ont bouclé tout le groupe d'immeubles entre les rues Descartes et Pasteur. Pile au moment où les enfants arrivaient en classe vendredi matin. L'école est juste à côté des barres d'immeubles en question. L'homme a d'ailleurs été interpellé alors qu'il accompagnait ses enfants à l'école.

→ Lire aussi - Terrorisme : qui est Rachid Kassim, l'ancien "grand frère" du quartier du Mayollet, à Roanne ?

Dans ces circonstances là, pas facile de dialoguer avec les habitants. Pour un jeune voisin qui a assisté à la scène "c'était comme à la télévision, ils avaient des flingues et des cagoules". Dans le quartier Mesnils-Pasteur, les habitants sont choqués par l'importance du dispositif, mais soulagés d'après le député-maire de la ville Jean-Marie Sermier (LR) : "Le quartier est très calme. Les gens sont soulagés, pour eux c'est tout à fait légitime. Il y a eu une plutôt bonne acceptation et je dirais même ça sécurise le quartier".

Jean-Marie Sermier, le maire : "A l'école il fallait éviter que les enfants voient ce qui se passe"