Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dominique Cottrez, condamnée pour huit infanticides, est sortie de prison

mardi 3 juillet 2018 à 15:23 Par La rédaction de France Bleu Nord, France Bleu Nord et France Bleu

Dominique Cottrez est sortie de prison ce mardi 3 juillet 2018. Cette mère de famille avait été condamnée en 2015 pour avoir tué huit de ses bébés. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Douai avait accepté sa demande de libération vendredi 29 juin.

Dominique Cottrez avait été condamnée à neuf ans de prison pour huit infanticides.
Dominique Cottrez avait été condamnée à neuf ans de prison pour huit infanticides. © AFP - Denis Charlet

Douai, France

Dominique Cottrez est sortie de la prison de Bapaume (Pas-de-Calais) ce mardi 3 juillet 2018. Condamnée à neuf ans de prison par la cour d'assises du Nord pour huit infanticides, l'ancienne aide-soignante a été libérée comme annoncé la semaine dernière. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Douai a accepté sa demande de libération conditionnelle mais Dominique Cottrez est placée sous contrôle judiciaire avec obligation de soins

Arrêtée en 2010, elle a reconnu avoir tué à la naissance huit de ses bébés. Les corps des nouveaux-nés avaient été découverts dans le jardin de son ancienne maison à Villers-au-Tertre dans le Douaisis. Lors de son procès en 2015, plusieurs témoins avaient évoqué une femme discrète, voire timide et toujours très attentive à son entourage. Elle aurait dû être libérée en janvier dernier mais un malentendu sur son adresse avait obligé les magistrats à refuser sa demande.