Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dominique Tian jugé pour blanchiment de fraude fiscale : "J'ai déjà payé"

mardi 5 décembre 2017 à 17:28 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence

Invité de France Bleu Provence matin, Dominique Tian, premier adjoint au maire de Marseille est revenu sur son procès pour blanchiment de fraude fiscale et omission dans sa déclaration de patrimoine. L'élu estime qu'il ne peut pas être condamné "deux fois".

Dominique Tian, premier adjoint au maire de Marseille
Dominique Tian, premier adjoint au maire de Marseille © Maxppp -

Marseille, France

Invité de France Bleu Provence matin, Dominique Tian, premier adjoint LR au maire de Marseille s'est dit "optimiste" après son procès pour blanchiment de fraude fiscale et omission dans sa déclaration de patrimoine. Douze mois avec sursis, cinq ans d'inéligibilité et 300.000 euros d'amende ont été requis, le 1er décembre.

"Je n'ai plus aucune dette avec le fisc" (Dominique Tian)

L'ex-député de la 1ère circonscription des Bouches-du-Rhône est revenu sur la raison pour laquelle son avocat a demandé la relaxe. "Il y a une règle de droit en France qui précise qu'on ne peut pas être condamné deux fois pour les mêmes faits. Or, j'ai déjà été condamné par le fisc puisque j'ai payé une amende (664.000 euros d'amende)", a affirmé Dominique Tian qui précise qu'il est "comme 50.000 contribuables Français". "J'ai été redressé il y a un an et demi. Je n'ai plus aucune dette avec le fisc".

"Il s'agit d'un problème familial et personnel" (Dominique Tian)

Dominique Tian soutient que le procureur a décidé de le poursuivre, "au titre de l'exemplarité". Il affrme qu'il était déjà élu "depuis très longtemps" quand cette affaire des comptes dont le montant s'élève à 2 millions en Suisse est sortie. "Mon père de son vivant m'en avait jamais parlé. Et j'ai découvert deux ans après sa mort qu'il y avait un compte en Suisse dans des circonstances qu'on ne connaissait pas". "Il s'agit d'un problème familial et personnel. Cela n'a rien à voir avec la politique" se défend l'élu marseillais sur France Bleu Provence qui affirme avoir reçu une lettre de la haute autorité (pour la transparence de la vie publique) qui précise que (son) cas "ne pose aucune difficulté vis-à-vis de la loi".