Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Données médicales piratées : "Faites énormément attention" alerte un hacker rennais

-
Par , , France Bleu Armorique, France Bleu

Après la fuite de données médicales qui a touché près de 500.000 personnes en France, le hacker rennais Clément Domingo recommande d'être extrêmement prudent avec nos données personnelles.

350.000 Bretons sont concernés par le piratage de données au sein de laboratoires français.
350.000 Bretons sont concernés par le piratage de données au sein de laboratoires français. - Maxppp

Une base de données médicales confidentielles de près de 500.000 personnes en France est visible sur internet depuis plusieurs jours. Selon le hacker rennais Clément Domingo, 350.000 Bretons sont concernés par ce piratage au sein de laboratoires français. 

Le fichier comporte 491.840 lignes comprenant chacune des informations médicales sur une même personne et les données proviendraient d'une trentaine de laboratoires de biologie médicale. Des labos du quart nord ouest de la France en majorité, particulièrement dans le Morbihan et les Côtes-d'Armor. 

Le hacker rennais Clément Domingo, "hacker éthique",  a pu accéder à ce fichier. Le logiciel, explique t-il "n'est plus du tout maintenu depuis quelques mois. Il y a énormément de choses qui vont se passer. Dans les jours et semaines à venir, je ne serais pas étonné que le parquet de Paris se saisisse de l'affaire".  

Maintenant, comment se protéger ?  

Selon Clément Domingo, les personnes dont les informations circulent sont démunies. " Vous n'avez un peu que vos yeux pour pleurer, en attendant un peu que des collectifs se montent, que le dossier puisse être instruit". Il est surtout nécessaire de rester vigilant. Désormais, "les gens vont peut-être un peu plus ouvrir les yeux".  

Plutôt que de demander les résultats par mail, le hacker rennais recommande plutôt d'aller directement les chercher au laboratoire, ou de les recevoir par courrier. "Faites énormément attention. Dans les prochains jours, vous allez certainement vous faire alpaguer par des personnes malveillantes qui vont essayer de monter un business parallèle pour récupérer un maximum d'argent". Il pourrait s'agir de faux-mails, de SMS, ou de coups de téléphone visant à diriger vers des sites frauduleux par exemple. En cas de doute appelez votre laboratoire ou votre médecin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess