Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

DONNEZ VOTRE AVIS - Attentats islamistes: sommes-nous en guerre ?

mardi 26 juillet 2016 à 19:19 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

Après Charlie Hebdo, St-Denis, Le Bataclan, Magnanville, Nice, St-Etienne-du-Rouvray a été le théâtre d'une nouvelle attaque terroriste. Un curé, le père Jacques Hammel âgé de 86 ans a été assassiné en plein office religieux. L'attaque a été revendiquée par l'Etat islamique.

L'un des 10 000 militaires mobilisés dans le cadre de l'opération "Sentinelle"
L'un des 10 000 militaires mobilisés dans le cadre de l'opération "Sentinelle" © Maxppp -

Dijon, France

Après  l'attaque meurtrière dans une église de St-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, attaque où le curé de la paroisse, le père Hammel,  a été égorgé par deux hommes se réclamant de Daech, François Hollande promet de "mener la guerre" contre le groupe Etat islamique par tous les moyens, tout en respectant la démocratie. Le chef de l'Etat réuni ce mercredi 27 juillet un conseil de défense. Il recevra aussi les représentants de tous les cultes.  La question est de maintenant de savoir comment protéger les 45 000 églises catholiques ainsi que les 4000 temples protestants ? Si on ajoute les 700 écoles et synagogues juives et les 2500 mosquées, les 10 000 militaires déployés dans le cadre de l'opération Sentinelle auront du mal à surveiller tous les lieux de cultes en France.

Des centres de rétention pour toutes les personnes fichées S

Dans l'opposition, Nicolas Sarkozy demande au chef de l'Etat d'appliquer sans tarder les propositions présentées depuis des mois. Parmi ces mesures, on trouve l'ouverture de centres de rétention pour les individus "radicalisées", la rétention de sûreté pour les personnes condamnées pour un crime terroriste et la création d'un délit de séjour pour toute personne qui se trouve sur un conflit terroriste à l'étranger. Réponse des Sages : au plan constitutionnel, il est impossible d'enfermer des personnes non condamnées même avec une fiche S.

  • Attentats islamistes : sommes-nous en guerre ? témoignez sur les réseaux sociaux, Facebook et Twitter et ce mercredi à 8h15 en appelant le 03 80 42 15 15.