Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : 10 à 12 ans de prison ferme pour les deux braqueurs de la bijouterie de Bergerac

mercredi 4 octobre 2017 à 20:26 France Bleu Périgord

Le verdict est tombé ce mercredi soir après trois jours de procès aux Assises de la Dordogne. Les deux braqueurs de la bijouterie "L'or et l'argent" ont été condamnés à 10 et 12 ans de prison ferme. Un jugement plus clément que ce qui avait été requis grâce notamment au témoignage de la victime.

La bijoutière avait été braqué un jeudi de novembre vers 10 heures. Elle avait pris 5 coups de crosse.
La bijoutière avait été braqué un jeudi de novembre vers 10 heures. Elle avait pris 5 coups de crosse. © Radio France - Benjamin Fontaine

Bergerac, France

La bijoutière l'a dit. "Je sers leur cause peut-être mais ce n'est pas grave". La victime de ce braquage de novembre 2015, à Bergerac ne s'est pas portée partie civile au procès. La bijoutière de L'or et l'argent ne demande rien à ses agresseurs. Lors de son témoignage, ce mardi, aux Assises de la Dordogne elle avait demandé aux accusés de lui expliquer pourquoi ils avaient fait ça, dans une lettre.

Un comportement inhabituel en Cour d'Assises qui a surpris toute la salle et qui a certainement servi aux accusés. Les deux braqueurs de 48 et 50 ans, récidivistes ont été condamnés à 10 et 12 ans de réclusion criminelle.

"Elle est intelligente, raisonnée, n'était pas dans la rancœur, c'est exceptionnel. Elle leur a dit qu"'il fallait peut-être se réinsérer et changer. " - Maître Grosselle, avocat d'un des deux accusés.

L'avocat général avait requis 20 ans pour la tête pensante du braquage et 12 pour son "suiveur". "Un grain de sable dans la chaussure et les vieux démons reviennent vite", avait-elle conclu. Mais les jurés ont cru aux excuses des deux récidivistes et en leur envie de recommencer leur vie autrement.