Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : 4 mois de prison requis contre un ex gendarme accusé d'attouchements sur mineurs

lundi 9 novembre 2015 à 18:25 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

Un ex gendarme de 67 ans comparaissait ce lundi devant le tribunal de Périgueux. Il était soupçonné d'attouchements sexuels sur mineurs de moins de 15 ans et de corruption de mineurs. Il aurait notamment entretenu des conversations très limites sur Facebook avec une petite fille de 12 ans

Salle d'audience à Périgueux
Salle d'audience à Périgueux © Radio France - Antoine Balandra

Périgueux, France

Un ancien gendarme retraité de 67 ans originaire de Génis et habitant de Sarliac-sur-l'Isle comparaissait ce lundi devant la tribunal correctionnel de Périgueux. Il était poursuivi pour corruption de mineurs de moins de 15 ans, mais aussi pour des agressions sexuelles imposées à des mineurs de 15 ans et de plus de 15 ans.

Entre juillet 2012 et décembre 2013, puis en décembre 2014, il aurait eu des gestes déplacés sur des jeunes filles. Il aurait aussi entretenu des conversations plus que douteuses sur Facebook avec ces jeunes à l'époque âgées de 9, 12 et 15 ans.

L'homme est à l'époque président du comité des fêtes du village. Et c'est là qu'il se rapproche des jeunes filles jusqu'à entretenir des échanges très intimes le soir, tard sur Facebook. A l'audience, l'homme reconnaît avoir chatté avec les enfants. Des conversations répétées à double sens et très limites admet-il du bout des lèvres. D'ailleurs la lecture de quelques morceaux choisis provoque un véritable malaise dans la salle d'audience.

"Mais je n'ai fait que répondre à leurs questions" reprend le prévenu. "A quel titre?" le coupe le président... "Vous n'étiez ni le père ni même le grand père de ces petites filles"... "Ne trouvez vous pas étrange d'avoir une centaine d'amis Facebook et parmi eux, 28 mineurs alors que vous avez 67 ans?" tacle le magistrat.

Quatre mois de prison ferme requis

 L'ancien gendarme semble constamment hésiter entre minimiser et se repentir. Il admet aussiavoir touché la poitrine d'une jeune fille, et les cuisses de sa petite soeur de 12 ans. "Ma main est partie un peu rapidement mais je voulais les consoler" tente-t-il d'expliquer.  Sans convaincre le procureur qui demande finalement 4 mois de prison ferme mais aussi l'interdiction de rencontrer les jeunes victimes présumées et un suivi socio judiciaire de 2 ans.

Le jugement a été mis en délibéré au 2 décembre.