Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Dordogne : l'entreprise Eurovia devant le tribunal après la mort d'une jeune femme de 20 ans

-
Par , France Bleu Périgord

Sept ans après la mort d'une jeune femme de 20 ans sur un chantier à Trélissac, en Dordogne, la société Eurovia est poursuivie en justice. Le procès pour homicide involontaire s'est tenu ce lundi 4 novembre au tribunal de Périgueux. L'entreprise de travaux risque une amende de 100 000 euros.

Les faits remontent au mois de mai 2012 (Illustration)
Les faits remontent au mois de mai 2012 (Illustration) © Radio France - Antoine Balandra

Périgueux, France

Sept ans après la mort d'une jeune femme de 20 ans à Trélissac, le procès pour homicide involontaire s'est tenu lundi 4 novembre au tribunal de Périgueux en Dordogne avec, sur le banc des accusés, trois dirigeants de l'entreprise de travaux Eurovia.

Les faits remontent au mois de mai 2012. Ida Cyprik, 20 ans, prend son scooter en direction de Trélissac. Elle entre sur le chantier de l'actuel parc d'activité de la Borie Porte, par un chemin rural, le traverse et au moment d'en sortir elle percute violemment une barrière métallique. Ida meurt quelques minutes après. 

Six années d'instruction plus tard,  des poursuites ont été engagées contre la société Eurovia, en charge des travaux, pour homicide involontaire. 

Les faits reprochés

Les parties civiles reprochent à l'entreprise de travaux Eurovia l'absence de signalisation au niveau de la barrière métallique du côté du chantier. La barrière avait la même couleur que le bitume, elle méritait donc d'être balisée selon les avocats des victimes.

Les trois prévenus, salariés de l'entreprise, risquent six mois de prison avec sursis et l'entreprise Eurovia une amende de 100 000 euros. La décision du tribunal de Périgueux sera rendue le 3 décembre prochain. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu