Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : bracelet électronique pour un homme condamné trois fois en trois mois pour violences conjugales

-
Par , France Bleu Périgord

Un homme de 25 ans a écopé d'une peine d'emprisonnement à domicile de 5 mois ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Périgueux en Dordogne pour des violences conjugales. C'était dans la nuit du 3 au 4 janvier à Annesse et Beaulieu et c'était sa troisième condamnation en trois mois

La salle des pas perdus du tribunal de Périgueux
La salle des pas perdus du tribunal de Périgueux © Radio France - France Bleu Périgord

Un homme de 25 ans a écopé de 5 mois de prison ferme, aménagée en peine de prison à domicile, avec bracelet électronique et 5 mois avec sursis. Et cela pour des violences conjugales. Il était jugé ce mercredi en comparution immédiate à Périgueux. Dans la nuit du 3 au 4 janvier, il avait frappé violemment sa compagne âgée de 19 ans après une soirée très arrosée à Annesse et Beaulieu.

C'est la troisième condamnation en trois mois pour cet ex militaire aujourd'hui intérimaire. A l'audience, le président commence par égrener les violences subies cette nuit là par la victime. Les coups répétés sur tout le corps, les hématomes retrouvés partout. Une côte cassée aussi... et la tête de la jeune femme de 19 ans qui finit par heurter le rebord de la baignoire. Avant que la victime ne réussisse à fuir par la fenêtre et à aller sonner chez la voisine.

Dans le box, le prévenu semble assez à l'aise. Très éloquent, polo bleu marine, pantalon rouge, le verbe facile et la pensée structurée. Il répond calmement : "Je regrette de m'être énervé sur elle. Mais je n'ai pas digéré qu'elle insulte ma mère" dit-il. Le tribunal rappelle le contexte d'alcoolisation forte ce soir là. Mais aussi les deux autres condamnations pour violences conjugales du jeune prévenu. "Vous semble-t-il que les femmes sont vos principales victimes ?" interroge une magistrate. "Je suis juste de nature impulsive, j'ai tendance à m'emporter" répond-il. Avant d'ajouter qu'il a désormais l'intention de travailler sur sa violence avec une psychologue. 

Il aura l'occasion de mettre à exécution sa promesse, puisqu'il écope finalement d'une peine de prison aménagée avec bracelet électronique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess