Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : prison ferme pour le patron d'une entreprise de Mensignac qui abusait les personnes âgées

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Le tribunal correctionnel de Périgueux a condamné ce mercredi le patron et les commerciaux d'une entreprise de Mensignac en Dordogne à des peines allant de 500 euros d'amende à 18 mois de prison, dont six mois ferme. Entre 2007 et 2012, ils ont abusé une trentaine de personnes âgées.

Le tribunal de Périgueux
Le tribunal de Périgueux © Radio France - Emmanuel Claverie

Le Tribunal correctionnel de Périgueux a condamné ce mercredi 5 février le patron de la société PCHA (Protection et confort de l'habitat) installée à Mensignac en Dordogne à 18 mois de prison dont six mois ferme, notamment pour abus de faiblesse et pratiques commerciales trompeuses, mais aussi escroquerie, abus de biens sociaux et travail dissimulé.

Le commercial le plus insistant s'est vu infliger une peine de quatre mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve. Trois autres commerciaux ont été condamnés à deux mois de prison avec sursis. L'épouse du patron, la directrice et cinq autres commerciaux devront eux payer des amendes allant de 500€ à 4.000€

Une méthode bien rodée

Pendant au moins cinq ans, une opératrice de la société PCHA appelait des personnes âgées, de préférence isolées et vulnérables. Une fois sur place, des commerciaux, très entreprenants, leur vendaient à des prix prohibitifs, isolation, climatiseurs, fenêtres isolantes ou adoucisseurs d'eau dont ils n'avaient pas besoin.

Une trentaine de personnes auraient ainsi été abusées. Lors de l'audience les 20 et 21 novembre derniers, l'un des prévenus avait reconnu à la barre, "qu'on nous envoyait chez des gens à moitié morts". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu