Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Maltraitance animale : polémique autour d'un élevage de chiens de chasse en Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

L'association One Voice publie ce mardi une vidéo qui montre un élevage de Dordogne dans lequel des chiens sont victimes de maltraitance. Il s'agit d'un élevage situé près de Thenon. Une plainte a été déposée auprès du parquet de Périgueux. L'éleveur affirme lui qu'il n'y a pas de maltraitance.

Des chiens mangent leurs congénères morts dans un élevage de Dordogne
Des chiens mangent leurs congénères morts dans un élevage de Dordogne - One Voice

Périgueux, France

L'association anti chasse et de défense des animaux One Voice publie des vidéos et des photos tournées dans un élevage de chiens du Nord Est de la Dordogne, dans un village entre Thenon et Terrasson.  Elles auraient été prises au mois de mars. On y voit des chiens entassés, des animaux logés dans des conditions très difficiles, dans des cages à lapins. Selon l'association, certains chiens mangeraient même des morceaux de cadavres de leurs congénères.

Des chiens qui mangent leurs congénères dans un élevage de Dordogne - Aucun(e)
Des chiens qui mangent leurs congénères dans un élevage de Dordogne - Association One Voice

► Attention pour les âmes sensibles, les images peuvent choquer

On y voit donc des chiens parqués dans la boue. Ou dans de petites cages. Selon l'association, certains seraient privés d'eau et entassés dans des conditions très difficiles dit One Voice. Au total, une centaine d'animaux ont été recensés. Comme l'explique Muriel Arnal, la présidente fondatrice de One Voice :

Muriel Arnal, président de One Voice

Des ossements de canidés auraient été retrouvés sur l'élevage - Aucun(e)
Des ossements de canidés auraient été retrouvés sur l'élevage - Association One Voice

Une plainte a été déposée le 26 mars auprès du procureur de la République de Périgueux. La direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations a aussi été saisie. Mais One Voice explique ne pas avoir eu de nouvelles depuis. Et c'est pour cela qu'elle a décidé de publier cette vidéo choc.  Pour One Voice il y a urgence, l'association réclame donc la saisie conservatoire des chiens.

Un coup de communication d'une association anti-chasse selon le propriétaire

De son côté, l'éleveur contacté par France Bleu Périgord, affirme lui qu'il n'y a pas de maltraitance chez lui. Il dit posséder toutes les autorisations nécessaires pour l'élevage de 100 chiens et qu'actuellement, il y a 70 bêtes dans son élevage. Il dénonce un coup de communication de la part de cette association anti-chasse. Ses chiens sont selon lui bien traités et bien nourris. Il affirme toutefois qu'il se pliera aux demandes des services vétérinaires, notamment en matière de réduction du nombre de chiens.

Une meute de chiens détenus par un particulier

Ce mardi après-midi en effet, la préfecture a publié un communiqué où elle indique que suite à la plainte, le procureur de la République a ordonné un contrôle des services vétérinaires. Il a eu lieu le 5 juillet dernier. Toujours dans ce communiqué, la préfecture indique que "le chenil évoqué ce jour par la presse est connu des services de l’État et fait l'objet d'un suivi régulier de la part de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP) depuis plusieurs années, notamment parce qu'il constitue une installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE). Ce chenil n’est ni un élevage, ni un refuge au sens du code rural. Il s'agit d'une meute de chiens détenue par un particulier (dans le secteur de Terrasson)."

Des chiens en bonne condition physiques et correctement nourris, selon les services vétérinaires

Lors de la visite de contrôle du 5 juillet dernier, "il est apparu que les animaux sont suivis quotidiennement et disposent d'abris, de nourriture et d'eau en quantité suffisante. Ils sont en bonne condition physique. Toutefois, des anomalies concernant les conditions d'hébergement (exiguïté des abris, inadaptation de certains matériaux au contact des animaux susceptibles de leur occasionner des blessures) ont été identifiées. De plus, il a été constaté, au titre de la réglementation des ICPE, que le nombre de chiens dépassait le seuil autorisé (45). Le propriétaire sera mis en demeure de mettre en conformité les conditions d’hébergement des animaux et de réduire sa meute à 45 chiens dans un délai de deux mois maximum."

Choix de la station

France Bleu